Connect with us

ACTUALITES

Wally sert une citation directe à Imam Kanté

Published

on

Wally Seck tient à son honorabilité. Et, pour laver son honneur, le fils de Thione Seck a servi une citation directe à l’imam Kanté qui l’accuse d’être à la solde de la communauté Lgbt et « un levier des lobbies de l’argent et de la déviance ».

Les Échos qui donne l’information, indique que l’imam de la mosquée de Point E a reçu, hier, via un huissier, la citation. Le religieux devrait répondre devant un juge pénal. Mais, Wally Ballago Seck réclame le franc symbolique pour la réparation du préjudice causé.

Enquête renseigne, pour sa part, que l’affaire sera évoquée le 27 août prochain devant les juges de la 3e Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Dakar.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITES

Bouga xaalis : L’inspiration mordante d’Odia

Published

on

Continue Reading

ACTUALITES

REUNION DE RÉCONCILIATION DES 2 GRANDES ASC DE RUFISQUE LEBOUGUI ET NDIAGNE SAMB AU SIÈGE DE TFC

Published

on

Les supporters de l’ASC Lebougui de la Zone 1C et ceux de Ndiagne Samb de la Zone 2B de Rufisque se regardaient en chiens de faïences. Elles se lançaient des piques à chacunes de leurs sorties. Elles se rivalisaient dans les réseaux sociaux. Pour éviter le pire le Président de Teungueth fc Babacar a invité les dirigeants des deux asc au siège du club pour apaiser le climat. Les deux équipes préparent leurs finales zonales.

Continue Reading

ACTUALITES

Thiès : 291 cas de divorce entre janvier et septembre 2019 contre 363 cas en 2018…

Published

on

En 2018, 363 cas de divorce ont été prononcés par le tribunal départemental de Thiès contre 221 cas entre janvier et septembre 2019.  Des chiffres qui font froid dans le dos et qui a priori, témoignent du malaise qui secoue les couples. Dès lors, nous avons sillonné des rues de la cité du rail à la rencontre d’hommes et femmes divorcés pour lever un coin du voile sur ce sujet tabou qui suscite bien des interrogations. 
En terme juridique, le mot divorce fait référence  à la rupture du lien conjugal prononcé par un juge. En effet, la rupture peut être consentante ou contentieuse emmenant des couples devant les tribunaux. À l’origine de ces ruptures conjugales, selon Maitre Fall, il y a  très souvent des violences conjugales, de l’incompatibilité d’humeur, un défaut d’entretien et ou un abandon de domicile conjugal. S. Dieng, le teint noir, habillée en tenue traditionnelle et gérante d’un kiosque de PMU, évoque l’histoire de son divorce. Selon elle, son mariage n’a duré que le temps d’une rose. « Au début, mon mari et moi avions une très bonne entente. Ce qui n’était pas le cas avec ma belle mère et une de ses filles qui ne rataient pas l’occasion de me mettre des bâtons dans les roues », confie-telle, avant de poursuivre : « un jour sa fille cadette de même génération que moi a osé m’attaquer prétextant que je n’accordais aucun respect à sa maman ». C’est, selon elle, la goutte d’eau de trop qui a fait déborder le vase. En effet, c’est sous ce prétexte qu’elle plongera son ménage dans une situation indescriptible qui va la pousser à passer l’éponge. 
D. Kâ, la quarantaine, mécanicien de formation, dit avoir divorcé d’avec son épouse pour cause de trahison. « Mes problèmes conjugaux ont débuté quant j’ai eu un accident de travail. Contraint de rester à la maison, les difficultés économiques ont commencé à surgir. C’est ainsi que mon ex femme commença à dire qu’elle en avait marre de cette situation, et un jour, elle décida de passer la journée chez ses parents. À ma grande surprise, le soir je reçois son appel. C’est de cette manière qu’elle m’informa qu’elle ne comptait plus rentrer à la maison ».  
Contrairement à M. Samb, la trentaine, cette  ménagère domiciliée au quartier Diamaguène de Thiès est accompagnée de son fils de deux ans. Cette mère divorcée revient sur son mariage qui n’a duré que trois ans. « Mon mari était  violent. Il me battait souvent lorsqu’il était saoul ». Dans le souci de se protéger, elle s’en est ouverte à sa belle mère afin que cette dernière sermonne son fils, en vain. Elle a finalement décidé de traduire son mari devant la justice pour coups et blessures. M. Samb se dit toujours peinée par ce qu’elle a vécu dans son couple. Surtout que, narre-t-elle, mon fils me réclame son père et me demande souvent de ses nouvelles. 
A. Diouf n’est quant à lui pas un mari violent. Cependant il a eu la malchance, selon lui, de tomber sur une femme qui avait toujours des ressentiments pour son ex petit ami. À la question de savoir comment sa femme l’a t-il trompé, il répond sur un ton sec et lance un message aux hommes mariés d’être plus vigilants sur les relations qu’ils entretiennent avec leurs femmes vis à vis de leur ex petit ami. À le croire, sa femme l’a trompé avec son ex petit ami. « Un jour, j’ai surpris ma femme en train de répondre au téléphone », raconte-t-il.  Il poursuit :  « Lorsque je me suis approché, juste à l’entrée de la chambre, j’ai entendu de vulgaires paroles qui frisent même la démence pour une femme mariée qui discute avec un autre homme au téléphone ». Ainsi pour plus de certitude je me suis emparé de son téléphone pour vérifier. En effet ce qui semblait être  un doute s’est rapidement avéré une certitude avec des messages d’amour via le réseau social WhatsApp. L’irréparable allait être commis  n’eut été mon sans froid . Alors j’ai convoqué ses parents pour leur signifier le divorce avec leur fille. Au regard du docteur en sociologie Abdou khadre Sanogo, « il y’a une absence de préparation des composantes de la société à l’entrée au mariage. » Avant de poursuivre pour dire que » le mariage est une prison sociale; quand on ne s’y prépare pas, on y séjourne difficilement. Selon M. Sanogo,  » la récurrence de ces cas est la preuve qu’ au Sénégal on ne cherche pas la compatibilité dans le couple; ce qui est primordial. Il pense qu’on se fixe trop sur l’argent du côté des femmes et sur la beauté du côté  des hommes. Toujours selon notre interlocuteur, « les valeurs importent peu. En conséquence, les couples se font et se défont sur un seul coup de dé ». 
En plus de ce sociologue, nous avons essayé de recueillir l’avis d’un Imam de la place sur le divorce aux yeux de l’Islam. D’après le religieux, la règle première pour un bon et durable mariage aux yeux de l’Islam, nécessite l’amour et l’attirance. Avant de poursuivre pour dire que » certains hommes se marient juste par envie; et s’en débarrassent après les avoir découvertes. Par ailleurs, il fustige le fait que les divorces se font au tribunal et pas à la mosquée où l’union des deux conjoints a été scellée, afin de tenter une conciliation », jugera t’il. Ainsi l’imam préconise la présence des deux mariés au moment même où le mariage est prononcé, car c’est à cet instant précis que l’Imam rappelle aux deux conjoints leurs droits et devoirs dans l’union qu’il vient sceller. Des droits et devoirs empreints de responsabilité comme prescrit par la religion…

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque