Connect with us

économie

VIDEO – URGENT: Tigo traverse une crise, les candidats à la présidentielle interpellés (Leral Askan wi)

Published

on

L’histoire nous a donné raison. La boîte Tigo traverse des moments difficiles, en attestent la démission du directeur général Mass Thiam et la grogne des travailleurs…

Aujourd’hui, le cahier des charges qui était à la base de la cession de la boîte à un étranger, Français de surcroît, au détriment des nationaux n’est pas respecté, les emplois sont menacés et il se pose un problème de souveraineté réel dans un secteur aussi stratégique que les télécommunications. Toutes les décisions dans cette boîte sont prises à l’étranger même pour l’achat d’un stylo. Ce qui est quand même scandaleux.

C’est pourquoi, nous nous félicitions de la démission de monsieur Thiam et saluons son sens de l’honneur et de la dignité en tant que digne fils sénégalais. Nous demandons et exigeons par la même occasion, la renationalisation de la structure à travers les nationaux et principalement, en faveur de celui qui avait déjà bénéficié d’un décret présidentiel, en l’occurrence monsieur Kabirou Mbodje et sa structure Wari.

Nous interpellons également tous les candidats et principalement le candidat sortant qui avait pris le décret au profit de Kabirou Mbodje. Une décision qui avait pourtant agréé la grande majorité des Sénégalais, au regard de la contribution de monsieur Mbodje au développement du pays à travers la création de dizaine de milliers d’emplois sans oublier la création de valeur ajoutée.

La reprise de la boîte par les Sénégalais est un impératif et les Sénégalais sont à l’écoute des candidats.

 

Omar Faye Leral Askan Wi

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

économie

Campagne agricole : Le Forum civil en guerre contre « le système mafieux des semences agricoles »

Published

on

Le Forum civil, section sénégalaise de Transparency International, va en croisade contre « le système mafieux des semences et intrants agricoles ».

Le président de la République, Macky Sall, a invité, lors du dernier Conseil des ministres, le Premier ministre, Mahammad Dionne à tenir, avant fin avril 2019, un conseil interministériel pour la préparation de la campagne agricole.

Dans une note transmise à la presse, ce jeudi, le Forum civil invite l’État du Sénégal « à prendre toutes les dispositions pour que la distribution des semences et intrants en vue de la prochaine campagne agricole se fasse rapidement et dans la transparence ».

Birahim Seck et ses camarades demandent dans la foulée au gouvernement de retirer les agreements livrés aux opérateurs qui en ont acquis illégalement.

Ils ajoutent : «Il faut retirer les agréments de certains opérateurs pour mettre un terme au système mafieux sur les semences et intrants afin que chaque ayant droit puisse entrer en possession de ses produits, dans les meilleurs délais.»

Le Forum civil a également invité le gouvernement sénégalais « à être beaucoup plus regardant sur la qualité des semences livrées aux agriculteurs par les entreprises agricoles.»

Continue Reading

économie

La fin du franc CFA pourrait «couper les liens entre le Trésor français» et l’Afrique

Published

on

Une éventuelle sortie des pays africains du franc CFA, la création d’une monnaie unique sur le continent ou encore les répercussions sur l’économie française après ces hypothétiques changements: voici les sujets évoqués par le député sénégalais Abdoulaye Balde dans un entretien à Sputnik lors du Forum économique de Yalta.

Déjà «lancé», le processus «irréversible» visant à la sortie des pays d’Afrique du franc CFA pourrait se terminer dans un horizon de «cinq ans au plus tard», a estimé au micro de Sputnik Abdoulaye Balde, député à l’Assemblée nationale et maire de la ville sénégalaise de Ziguinchor, qui s’est rendu en Crimée à l’occasion du Forum économique annuel se déroulant actuellement à Yalta.

Comme l’a expliqué M.Balde, les chefs d’État d’Afrique sont «déjà en train de mettre en œuvre» ce processus. Pour l’interlocuteur de Sputnik, ce dernier est indispensable pour «relancer l’économie et la dignité africaine» ainsi qu’«affirmer la souveraineté économique» sur le continent.

Abdoulaye Balde


Néanmoins, il ne faudrait pas en «sortir de façon brutale» maintenant.

«Je pense qu’il faut que nous puissions mettre en place tout un processus de retrait global, collectif, pour qu’il n’y ait pas qu’un seul pays qui se retire», a précisé le participant au Forum économique de Yalta.

Création de sa propre monnaie

D’après lui, la sortie du franc CFA pourrait prendre quelques années et finira par l’apparition d’une monnaie africaine unique.

«Cela va peut-être prendre deux ou trois ans. Mais, je pense que dans un horizon de cinq ans au plus tard, nous devons sortir du franc CFA et de toutes ces monnaies qui ne sont pas des monnaies africaines, de manière à avoir une monnaie unique», a souligné l’interlocuteur de Sputnik.

Il a exprimé l’espoir que cette nouvelle devise ait «peut-être sa propre évolution au niveau de l’Afrique et au niveau mondial, dans le marché économique mondial».

Un éventuel impact sur l’économie française?


Abordant la question d’une éventuelle répercussion que pourrait avoir la création d’une monnaie africaine sur l’économie française, Abdoulaye Balde a rappelé que ce n’était pas toute l’Afrique qui utilisait le franc CFA mais huit États, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Togo ainsi que son pays.

«Et tous les autres ont leur propre monnaie. Et, bien entendu, le fait qu’ils sortent, c’est vrai, cela coupe un lien historique avec la France. Cela aura certainement des répercussions sur l’économie française», a résumé l’interlocuteur de Sputnik.

Une sortie éventuelle peut également «couper les liens, ces liens entre le Trésor français et les économies africaines». Pourtant, selon M.Balde, les «autorités françaises ont dû prendre des garde-fous» pour se sécuriser.

Continue Reading

ACTUALITES

VIDEO – Serigne Mboup: « Fékhé gnou ame indépendance économique moy… »

Published

on

Le président de la Chambre de Commerce de Kaloack pense qu’il faut désormais chercher à avoir l’indépendance économique. De l’avis de Sérigne Mboup, pour que cela puisse être, il faut accorder la part belle aux entreprises sénégalaises dans les contrats. Il a aussi dénoncé le manque d’organisation dans les marchés du pays qui selon lui, ne peuvent être gérés par les collectivités locales uniquement et la Chambre de Commerce de Kaolack a des propositions qu’elle peut faire dans ce sens.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque