Connect with us

Uncategorized

Urgent : Guy Marius Sagna arrêté et conduit à la gendarmerie

Published

on

L’activiste, Guy Marius Sagna, membre de « Aar Li Nu Bokk», «France Dégage» vient d’être arrêté. Il a été cueilli ce mardi à Djeuppeul par quatre éléments de la Section de recherche de la gendarmerie. Pour le moment, on ignore les raisons de son arrestation et aucun motif ne lui a encore été notifié par les pandores, informe le coordonnateur du mouvement « Y’en a marre », Aliou Sané, sur sa page Facebook. Nous y reviendrons.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Uncategorized

Pour le PSE, l’Etat s’endette de « façon prudente’’

Published

on

Le Sénégal s’endette de façon prudente dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE), la stratégie de développement de son gouvernement, a assuré le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, dans des propos contenus dans un apport de la commission des finances de l’Assemblée nationale.
 ‘’La politique d’endettement du Sénégal, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent, s’effectue de façon prudente’’, affirme M. Diallo dans le rapport. ‘’La dette est viable et soutenable, car elle respecte les principaux critères retenus par la communauté internationale’’, insiste le document remis à la presse à l’occasion de la séance plénière consacrée au vote du projet de budget du ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération.  Abdoulaye Daouda Diallo précise que les indicateurs de viabilité de la dette sont totalement respectés : ratio/encours de la dette sur le PIB (produit intérieur brut), qui ne doit pas dépasser 70%, le Sénégal en étant à 54,7%.  ‘’La valeur actuelle nette de la dette extérieure sur le PIB, qui ne devrait pas être supérieure à 55%, notre pays se situe à 42,8%. (…) La valeur actuelle nette de la dette extérieure sur les revenus budgétaires qui, pour un seuil de 300%, est pour le Sénégal à un niveau de 176%’’, détaille le rapport.  Le ministre des Finances et du Budget souligne par ailleurs que la dette du pays a notamment servi à construire des infrastructures dans les domaines de l’énergie, de l’agriculture, de l’hydraulique, de l’assainissement urbain et rural.  Parlant de la mobilisation des ressources internes, il a jugé ‘’satisfaisant’’ le niveau de leur recouvrement. A cet effet, Abdoulaye Daouda Diallo précise qu’à la date du 19 novembre 2019, un montant 2018,45 milliards francs CFA sur des objectifs de 2011,67 milliards a été recouvré, soit une plus-value de 6,78 milliards.  Pour l’année 2020, un budget de 24 milliards 730 millions 44 mille 413 francs CFA a été alloué au ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération.  

Continue Reading

Uncategorized

Secteur privé : Les salaires augmentés de 5 à 8%

Published

on

La commission mixte paritaire chargée de mener les négociations sur la revalorisation salariale dans le secteur privé a décidé, à l’issue d’une session tenue hier 10 décembre 2019, d’augmenter les salaires de 5 à 8% dans le privé.

Ainsi, il a été décidé de revaloriser de 8% les salaires de la 1ère à la 3è catégorie et de 5% de la 4è à la 8è catégorie.

Cette dernière augmentation est accordée également aux agents de maîtrises, techniciens et assimilés, cadres ainsi que ingénieurs et assimilés.

Continue Reading

Uncategorized

Colonel Sankoun Faty : «Le palais n’est pas un lieu ordinaire où on peut se balader»

Published

on

La sécurité autour des institutions comme le palais de la République, reflète le niveau de démocratie au Sénégal, contrairement à d’autres pays où certaines institutions de la République sont isolées, déclare le colonel à la retraite Sankoun Faty.
«Dans beaucoup de pays, à 500 mètres du palais, personne ne passe. C’est des zones, comme on dit, sanctuarisées. Mais ici, nous sommes dans une démocratie ; il y a des touristes qui viennent et qui prennent des photos avec la garde présidentielle. Donc ça, c’est l’image de notre pays et elle doit être maintenue.  Dans tous les cas, il faut éviter que nos institutions soient menacées, car nous avons tous les moyens de sécurité», a-t-il soutenu sur iRadio.
Selon le colonel à la retraite, nul n’est censé ignorer la loi. Pour lui, les corps militaires sont soumis à des sanctions administratives, en cas de faille dans la sécurité des institutions. «Nous, on n’a pas le droit à l’erreur, même si l’erreur est humaine».
Le palais de la République et d’autres institutions ne sont pas des lieux ordinaires où on peut se balader d’une manière ou d’une autre, conclut-il.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque