Connect with us

ACTUALITES

Référendum 2016 : L’article 27 de la Constitution concède un 3ème mandat à Macky

Published

on

Les Spécialistes du Droit ont encore du pain sur la planche car la révision Constitutionnelle relative au référendum de 2016 concède légalement un troisième mandat au chef de l’Etat Macky Sall. Et point n’est besoin d’être un initié en droit pour saisir la quintessence de l’article 27 de la Constitution.

S’il est vrai que le Droit est la chasse gardée des spécialistes en Droit, il n’en demeure pas moins vrai que même les non-initiés parviennent à saisir avec clarté la quintessence de l’article 27 issu de la révision Constitutionnelle du référendum de 2016.Un troisième mandat du Chef de l’Etat Macky Sall demeure bien légal au regard de notre charte fondamentale. La durée du mandat du président de la République est de cinq ans. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs. C’est en ces termes que l’article 17 stipule les dispositions régissant le mandat présidentiel issu du référendum de 2016. Il reste certain que le président Macky plébiscité avec un taux de 58,26% va aborder son premier mandat de cinq ans. C’est en 2024 qu’il va devoir encore briguer la magistrature suprême afin de décrocher un second mandat de cinq ans. S’il est vrai que tout ce qui est légal n’est pas forcément légitime, les Sénégalais verraient probablement d’un mauvais œil que le président Sall réclamât un troisième mandat. Mais si l’on s’en tient aux dispositions de notre charte fondamentale, en 2024, Macky Sall ne dérogerait pas à la loi s’il brigue un second mandat de cinq ans. Le nouvel article 27 de la Constitution, issu de la révision constitutionnelle adoptée au référendum et promulguée le 5 avril 2016 ne précise pas si le premier mandat de 7ans du Chef de l’Etat est corrélé à son premier mandat de cinq ans. Et on ne saurait dès lors parler de rétroactivité avec les 7ans d’avant la révision et les 5 ans après la révision Constitutionnelle. Reste à savoir si le successeur de Wade aura les coudées franches pour gagner la bataille de la légitimité d’une telle option auprès des Sénégalais en 2024.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITES

PDS : rébellion autour de Me Wade

Published

on

Abdoulaye Wade ou son ‘’isolement’’ crée des frustrations dans les rangs du PDS. Certains responsables accusent les tenants du parti (Oumar Sarr et Cie), d’avoir isolé le pape du Sopi, le rendant inaccessible pour beaucoup. 

Ce qui a causé une fronde contre le secrétaire général national adjoint du parti, Oumar Sarr et ses partisans. 

En effet, des responsables de la Fédération nationale des cadres libéraux, qui parlent sous couvert de l’anonymat, accusent ces responsables d’avoir volontairement isolé Me Abdoulaye Wade, le rendant ainsi inaccessible à certains responsables du parti et aux militants. 

Depuis son retour au Sénégal, Me Abdoulaye Wade loge à l’hôtel Terrou –bi avec sa femme.

  Walfquotidien

Continue Reading

ACTUALITES

Palla Mbengue, voyagiste privé: « cette année, le prix du package pour le pèlerinage ne peut pas être à moins de 3 500 000 FCfa »

Published

on

A quelques jours de l’ouverture des inscriptions pour le pèlerinage à la Mecque, Palla Mbengue, voyagiste privé, annonce la hausse du package. 

Selon lui, le prix du package ne peut pas être à moins de 3 500 000 FCfa, sauf si on démarre le Hajj par la Mecque pour finir à Médine. La hausse annoncée du package pour le pèlerinage de cette année, se justifie par les charges qui ont connu, à leur tour, une hausse. 

Toutefois, rien n‘est encore trop tard. Il y a des possibilités pour que ce package pour le pèlerinage ne connaisse pas de hausse. Pour ce faire, Palla Mbengue propose l’inversion du séjour des pèlerins sénégalais à la Mecque. Le voyagiste privé explique: « Le Sénégal pouvait faire comme avant, c’est-à-dire démarrer le Hajj par la Mecque et finir par Médine. Si on avait inversé les choses, le pèlerinage allait être beaucoup moins cher pour les Sénégalais, le coût du package allait considérablement diminuer ». 

Mais Palla Mbengue précise que cela est une prérogative de l’Etat du Sénégal. 

L’Observateur

Continue Reading

ACTUALITES

Abdou Ndéné Sall :« La libération de Khalifa Sall ne doit pas être un préambule au dialogue»

Published

on

Le dialogue national auquel ont été les forces vives de la nation par le président Macky Sall, ne doit pas être une occasion pour demander de la part de l’opposition, la libération de « prisonnier ». C’est l’avis du moins de Abdou Ndéné Sall, ministre délégué.  Selon lui, demander l’amnistie pour un prisonnier qui a détourné de l’argent, c’est encourager les sénégalais à la mauvaise gestion des ressources. 

« Pour un dialogue, il faut plusieurs personnes, mais aussi dialoguer sur les problèmes de la Nation, mais pas sur le sort de deux ou trois personnes. Mais quand on pose des conditions pour la tenue d’un dialogue qui est pour le devenir de tout le pays, cela fausse le jeu. Il ne faut pas des préalables. La libération d’un tel ou d’un tel sont des problèmes individuels. Ces gens ont des problèmes avec la Justice, c’est à elle de régler le différend avec eux. Et ce genre d’appel est très mauvais pour l’économie d’un pays et son devenir. Leur accorder cette amnistie, les autres prisonniers condamnés pour les mêmes délits vont penser y avoir droit aussi. Les gens doivent apprendre à avoir un bon comportement par rapport aux deniers publics », conclura-t-il.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque