Connect with us

ACTUALITES

Recrudescence de la migration irrégulière: l’Adha alerte et remet en question la politique migratoire en Afrique

Published

on

Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) tire sur la sonnette d’alarme par rapport à la recrudescence de la migration irrégulière. Selon les autorités compétentes, 89 candidats à la migration irrégulière avaient été interpellés pour des besoins d’enquête lundi 11 mars 2019 à Toubacouta dans la région de Fatick.

En effet, après investigations, l’embarcation provenant d’Elinkine pour un voyage vers l’Europe, avait des difficultés et s’est finalement échouée à Dionewar, sous l’assistance de la population et de la gendarmerie. À cela, s’ajoute, l’arrêt à Oujda au Maroc de 7 personnes suspectées d’être des passeurs dont deux Marocains et cinq subsahariens et 81 candidats
subsahariens à la migration clandestine, dont 26 femmes et 7 enfants.

« Cette situation doit nous pousser à nous interroger sur l’efficacité de la politique migratoire en Afrique. Malgré les accords européens destinés à dissuader de telles traversées, le rythme de départs des migrants s’est accéléré. Face à cette situation alarmante de désespoir, l’ADHA dénonce jusqu’à la dernière énergie l’absence de politique efficace pour faire face aux phénomènes migratoires et rappelle que ce sont les pays africains qui assument l’essentiel du fardeau de la migration et par conséquent, payent le plus lourd tribut », peut-on lire dans un communiqué de ladite structure parvenu à la rédaction.

L’Adha préconise de s’attaquer aux causes profondes poussant les personnes à quitter leur pays; d’élaborer un cadre stratégique pour la politique migratoire en Afrique qui pourrait contribuer à relever les défis posés par les migrations et à assurer; d’améliorer la coopération et la coordination entre les États dans les sous-régions et les régions en vue de faciliter la libre circulation à l’échelle bilatérale, sous régionale et régionale.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITES

PDS : rébellion autour de Me Wade

Published

on

Abdoulaye Wade ou son ‘’isolement’’ crée des frustrations dans les rangs du PDS. Certains responsables accusent les tenants du parti (Oumar Sarr et Cie), d’avoir isolé le pape du Sopi, le rendant inaccessible pour beaucoup. 

Ce qui a causé une fronde contre le secrétaire général national adjoint du parti, Oumar Sarr et ses partisans. 

En effet, des responsables de la Fédération nationale des cadres libéraux, qui parlent sous couvert de l’anonymat, accusent ces responsables d’avoir volontairement isolé Me Abdoulaye Wade, le rendant ainsi inaccessible à certains responsables du parti et aux militants. 

Depuis son retour au Sénégal, Me Abdoulaye Wade loge à l’hôtel Terrou –bi avec sa femme.

  Walfquotidien

Continue Reading

ACTUALITES

Palla Mbengue, voyagiste privé: « cette année, le prix du package pour le pèlerinage ne peut pas être à moins de 3 500 000 FCfa »

Published

on

A quelques jours de l’ouverture des inscriptions pour le pèlerinage à la Mecque, Palla Mbengue, voyagiste privé, annonce la hausse du package. 

Selon lui, le prix du package ne peut pas être à moins de 3 500 000 FCfa, sauf si on démarre le Hajj par la Mecque pour finir à Médine. La hausse annoncée du package pour le pèlerinage de cette année, se justifie par les charges qui ont connu, à leur tour, une hausse. 

Toutefois, rien n‘est encore trop tard. Il y a des possibilités pour que ce package pour le pèlerinage ne connaisse pas de hausse. Pour ce faire, Palla Mbengue propose l’inversion du séjour des pèlerins sénégalais à la Mecque. Le voyagiste privé explique: « Le Sénégal pouvait faire comme avant, c’est-à-dire démarrer le Hajj par la Mecque et finir par Médine. Si on avait inversé les choses, le pèlerinage allait être beaucoup moins cher pour les Sénégalais, le coût du package allait considérablement diminuer ». 

Mais Palla Mbengue précise que cela est une prérogative de l’Etat du Sénégal. 

L’Observateur

Continue Reading

ACTUALITES

Abdou Ndéné Sall :« La libération de Khalifa Sall ne doit pas être un préambule au dialogue»

Published

on

Le dialogue national auquel ont été les forces vives de la nation par le président Macky Sall, ne doit pas être une occasion pour demander de la part de l’opposition, la libération de « prisonnier ». C’est l’avis du moins de Abdou Ndéné Sall, ministre délégué.  Selon lui, demander l’amnistie pour un prisonnier qui a détourné de l’argent, c’est encourager les sénégalais à la mauvaise gestion des ressources. 

« Pour un dialogue, il faut plusieurs personnes, mais aussi dialoguer sur les problèmes de la Nation, mais pas sur le sort de deux ou trois personnes. Mais quand on pose des conditions pour la tenue d’un dialogue qui est pour le devenir de tout le pays, cela fausse le jeu. Il ne faut pas des préalables. La libération d’un tel ou d’un tel sont des problèmes individuels. Ces gens ont des problèmes avec la Justice, c’est à elle de régler le différend avec eux. Et ce genre d’appel est très mauvais pour l’économie d’un pays et son devenir. Leur accorder cette amnistie, les autres prisonniers condamnés pour les mêmes délits vont penser y avoir droit aussi. Les gens doivent apprendre à avoir un bon comportement par rapport aux deniers publics », conclura-t-il.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque