Connect with us

POLITIQUE

Présidentielle 2019 : L’opposition écrit aux forces de l’ordre

Published

on

Après avoir écrit aux 7 sages, l’opposition réunie autour de la Plateforme opérationnelle de sécurisation des élections (Pose) invite les forces de l’ordre à «faire preuve de responsabilité, de mesure, d’équité et de discernement dans l’exécution de (leurs) missions, conformément aux règles républicaines».
Après avoir écrit aux 7 sages, l’opposition réunie autour de la Plateforme opérationnelle de sécurisation des élections (Pose) invite les forces de l’ordre à «faire preuve de responsabilité, de mesure, d’équité et de discernement dans l’exécution de (leurs) missions, conformément aux règles républicaines».

Par ailleurs, la plateforme dirigée par Me Mame Adama Guèye estime que «l’acquisition récente d’équipements antiémeutes laisse présager la volonté du pouvoir en place de se donner les moyens de répression des contestations que ne manquera pas de provoquer le parachèvement du hold-up électoral en préparation».
La Pose déclare que «les signes prémonitoires qui se manifestent ne présagent rien de rassurant quant à la tenue d’une élection libre, démocratique, transparente et crédible». «En effet, tout observateur peut aisément constater un amoncellement inquiétant de pratiques et de comportements de la part des autorités, notamment du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, organisateur de l’élection, qui s’est montré, tout le long du processus, réfractaire et rétif à toute ouverture pour un dialogue positif et constructif tant avec l’opposition qu’avec la société civile», révèle le communiqué.

La plateforme indique aussi que l’absence de concertation entre le pouvoir et l’opposition, dans le processus électoral, sur le fichier, les cartes d’électeur et enfin le parrainage peut «créer les conditions d’un contentieux préélectoral et post-électoral, et sème les germes d’une contestation dont on ne saurait mesurer les conséquences».

Par conséquent, elle estime qu’ «il sera légitime de s’opposer à un coup de force électoral. Le cas échéant, vous devrez vous garder de prêter votre concours au candidat sortant pour tenir le peuple en respect».
Cependant, la Pose attend des forces de l’ordre qu’elles adoptent «une posture républicaine qui (leur) impose de respecter les principes d’équité entre les candidats et (leur) interdit de cautionner la violation des principes fondamentaux qui gouvernent l’organisation d’élections démocratiques». «Vous devez être conscients que le coup de force électoral qui se prépare constitue une menace grave sur la paix et la stabilité sociale dont vous êtes les garants. Votre devoir est de défendre la République et non les intérêts politiques illégitimes du candidat sortant. Le cas échéant, les membres des forces de sécurité complices du candidat sortant dans son obsession irresponsable d’une réélection à tout prix et responsables de dérives répressives devront répondre de leurs actes. A cet égard, un dispositif d’observation approprié sera mis en place pour documenter toutes les violations des droits humains».

ACTUALITES

Gouvernement parallèle : Les FDS dévoilent leur plan, ce dimanche

Published

on

Les membres des Forces démocratiques du Sénégal (Fds), affiliées à la coalition Idy 2019, qui ne ruminent toujours pas la défaite de leurs coalition à la dernière résidentielle ne comptent pas reculer d’un iota.

Les semaines dernières, ils avaient annoncé l’installation d’un gouvernement parallèle le 02 avril prochain, date à laquelle le Président réélu pour cinq ans, va prêter serment.Ainsi, ce dimanche, 24 mars 2019, Babacar Diop et Cie comptent dévoiler leur plan à Rufisque par une rencontre.

Continue Reading

ACTUALITES

Election présidentielle du 24 février : des proches de Khalifa Sall préparent de graves révélations

Published

on

Les proches de Khalifa Sall se préparent à faire de graves révélations sur la dernière élection présidentielle du 24 février dernier. C’est en tout cas ce que révèle « Les Echos », qui soutient que les pro Khalifa vont bientôt tenir une conférence de presse dans ce sens. Ces lieutenants de l’ex-maire de Dakar à qui avaient été donné l’ordre de la part de leur mentor, de ne pas perdre leur temps ni leur énergie, suite à l’appel aux retrouvailles lancé par le Parti socialiste, indique encore le journal.

Continue Reading

ACTUALITES

Bignona : Benno accuse Sonko d’avoir « utilisé des armes non conventionnelles »

Published

on

Les responsables de la mouvance du département de Bignona ont fait hier l’évaluation de la Présidentielle du 24 février. Face à la presse à la suite de leur rencontre, le coordonnateur Abdoulaye Badji a révélé les causes de leur defaite dans la zone. « Les gens ont travaillé, mouillé le maillot et toutes les stratégies ont été mises en œuvre. Mais certainement, il y a quelque choses qu’on n’a pas pu prendre en compte et qui nous a coûté cet échec’’, a-t-il indiqué.
Et pour justifier le triomphe de l’adversaire, en l’occurrence les partisans de la coalition « Sonko Président », M. Badji a soutenu que ces derniers ont utilisé « des armes non conventionnelles en s’appuyant sur le vote d’aucuns qualifieraient d’affectif ou ethnique, même si on pourrait dire la même chose ailleurs ».
A titre de rappel, la coalition « Sonko Président » a obtenu 51 438 voix contre 27 398 pour le candidat de Benno Bokk Yakaar, 2 169 pour Idy2019, 412 pour le Pur et 377 pour Madické Niang.
« Si on interroge les chiffres des élections législatives et du parrainage, cela montre que dans notre propre vivier, on a perdu beaucoup de voix. Et ce sont des choses à analyser et à revoir », a ajouté M. Badji repris par « Le Quotidien ».

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque