Connect with us

POLITIQUE

Président du Groupe parlementaire du Pds : Oumar Sarr en pole position pour remplacer Madické

Published

on

Me Madické Niang démissionne de la Présidence du Groupe parlementaire du Pds: «Mon honneur ne me permet pas de m’accrocher à des responsabilités que le Président Wade m’a confiées». Demain vendredi, son successeur sera connu et Oumar Sarr, sauf changement de dernière minute est bien placé pour le succéder. Il a la confiance de Wade et de son fils Karim.
Me Madické Niang a décidé de ne plus assurer la fonction de Président du groupe parlementaire du Parti démocratique sénégalais (Pds), présidence qu’il occupait depuis les dernières élections présidentielles de 2017. C’est la conséquence de la crise qui secoue actuellement le principal parti d’opposition au Sénégal, le Pds de l’ancien président de la République Abdoulaye Wade.
«Concernant mes responsabilités à l’Assemblée nationale, je dis d’ores et déjà, sans ambages, que jamais je n’engagerai un bras de fer avec le Président Wade sur quoi que ce soit. Ainsi, avant que le parti ne se saisisse de la question, j’ai décidé, pour le mettre à l’aise, de remettre en jeu immédiatement mes fonctions de Président du groupe parlementaire, car mon honneur ne me permet pas de m’accrocher à des responsabilités que le Président Wade m’a confiées. Je ne le remercierai jamais assez pour, d’abord, l’honneur qu’il me fait de me considérer comme frère et ami, mais aussi, pour m’avoir confié d’importantes responsabilités. Toutefois, je souligne que j’ai la conscience tranquille pour avoir donné le meilleur de moi-même à Abdoulaye Wade, à sa famille et au Pds. En tout état de cause, il restera toujours ma référence politique, mon ami et mon frère», a dit Me Madické Niang dans un communiqué.
Madické en rupture avec Wade ?
Me Madické Niang est aujourd’hui presque en rupture avec l’ancien président de la République Abdoulaye Wade après qu’il a annoncé sa candidature à la présidentielle de 2019, se démarquant ainsi du candidat du Pds, Karim Wade. Me Madické Niang explique son choix : «j’ai voulu redonner espoir à tous les militants désemparés face à l’éventualité d’une élection présidentielle sans un candidat du Pds».
L’ancien ministre des Affaires étrangères d’Abdoulaye Wade estime que «le véritable « suicide » politique serait, pour le Pds, de ne pas avoir de candidat à l’élection présidentielle de 2019».
Decroix décline…
Mamadou Diop Decroix a mis une croix sur le siège. Il est d’avis que le présidence du groupe doit rester une propriété du Pds, qui est majoritaire dans la coalition de l’opposition à l’Assemblée nationale.
«En politique aussi, il faut être raisonnable, pose-t-il dans un entretien avec L’Observateur. Dans ce groupe parlementaire, le Parti démocratique sénégalais compte 12 députés et n’occupe ni le poste de vice-président de l’Assemblée, actuellement détenu par le président Pape Diop de Bokk Gis Gis, ni celui de la seule commission que le groupe détient par le biais de Mamadou Lamine Diallo de Tekki.
Le secrétaire général d’AJ martèle : «Que va-t-il donc rester au Pds, qui pèse 63% des effectifs du groupe ? Non ! Ce n’est pas décent. C’est cela ma position. Si le Pds me le propose, je déclinerai pour les raisons que je viens de vous indiquer».
Qui pour diriger le groupe parlementaire de l’opposition…
Oumar Sarr, coordonnateur national du Pds est bien parti pour prendre la tête du groupe parlementaire de l’opposition.
Car, il a le soutien du Pape du Sopi et de son fils Karim. Contrairement à Me Madické Niang, Oumar Sarr reste toujours convaincu que la candidature de Karim Wade est possible.
Il persiste et signe que Karim Wade sera bientôt au Sénégal et c’est à eux de fixer la date. Pour preuve dit-il, «c’est Karim Wade en chair et en os qui s’est déplacé de Qatar au Koweït pour s’inscrire sur les listes électorales». «Celui qui peut se déplacer jusqu’au Koweït, peut venir au Sénégal. Ce n’est pas Macky Sall qui va l’empêcher d’atterrir ici. Nous le protégeons», promet-il.

ACTUALITES

Gouvernement parallèle : Les FDS dévoilent leur plan, ce dimanche

Published

on

Les membres des Forces démocratiques du Sénégal (Fds), affiliées à la coalition Idy 2019, qui ne ruminent toujours pas la défaite de leurs coalition à la dernière résidentielle ne comptent pas reculer d’un iota.

Les semaines dernières, ils avaient annoncé l’installation d’un gouvernement parallèle le 02 avril prochain, date à laquelle le Président réélu pour cinq ans, va prêter serment.Ainsi, ce dimanche, 24 mars 2019, Babacar Diop et Cie comptent dévoiler leur plan à Rufisque par une rencontre.

Continue Reading

ACTUALITES

Election présidentielle du 24 février : des proches de Khalifa Sall préparent de graves révélations

Published

on

Les proches de Khalifa Sall se préparent à faire de graves révélations sur la dernière élection présidentielle du 24 février dernier. C’est en tout cas ce que révèle « Les Echos », qui soutient que les pro Khalifa vont bientôt tenir une conférence de presse dans ce sens. Ces lieutenants de l’ex-maire de Dakar à qui avaient été donné l’ordre de la part de leur mentor, de ne pas perdre leur temps ni leur énergie, suite à l’appel aux retrouvailles lancé par le Parti socialiste, indique encore le journal.

Continue Reading

ACTUALITES

Bignona : Benno accuse Sonko d’avoir « utilisé des armes non conventionnelles »

Published

on

Les responsables de la mouvance du département de Bignona ont fait hier l’évaluation de la Présidentielle du 24 février. Face à la presse à la suite de leur rencontre, le coordonnateur Abdoulaye Badji a révélé les causes de leur defaite dans la zone. « Les gens ont travaillé, mouillé le maillot et toutes les stratégies ont été mises en œuvre. Mais certainement, il y a quelque choses qu’on n’a pas pu prendre en compte et qui nous a coûté cet échec’’, a-t-il indiqué.
Et pour justifier le triomphe de l’adversaire, en l’occurrence les partisans de la coalition « Sonko Président », M. Badji a soutenu que ces derniers ont utilisé « des armes non conventionnelles en s’appuyant sur le vote d’aucuns qualifieraient d’affectif ou ethnique, même si on pourrait dire la même chose ailleurs ».
A titre de rappel, la coalition « Sonko Président » a obtenu 51 438 voix contre 27 398 pour le candidat de Benno Bokk Yakaar, 2 169 pour Idy2019, 412 pour le Pur et 377 pour Madické Niang.
« Si on interroge les chiffres des élections législatives et du parrainage, cela montre que dans notre propre vivier, on a perdu beaucoup de voix. Et ce sont des choses à analyser et à revoir », a ajouté M. Badji repris par « Le Quotidien ».

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque