Connect with us
google.com, pub-1634068040434760, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Education

plateforme,revendicative : Le Sudes/Esr pose ses conditions

Published

on

Le syndicat unitaire des enseignants du Sénégal (Sudes/Enseignement Supérieur et Recherche) a déposé un préavis de grève qui prend effet le 1er octobre 2019. Sur une plateforme revendicative parvenue à Seneweb, le syndicat exige le recrutement d’au moins 500 enseignants-chercheurs et chercheurs par an pendant 10 ans. 
Le syndicat veut le rééquilibrage de la distribution des postes d’enseignants-chercheurs en faveur des établissements et des universités aux ratios catastrophiques (FLSH et FASEG de l’UCAD, URF de santé de l’UASZ, etc.). Les Camarades du Dr Oumar Dia exige la fin de l’utilisation de l’Université virtuelle du Sénégal dans l’enseignement initial. Ils veulent que l’UVS soit transformée en Institut national de la formation continue. De même, le Sudes réclame la fin de l’orientation des bacheliers dans le privé.
Parmi les griefs, il y a aussi le financement et équipement des laboratoires de recherche des universités, mais également la renégociation de l’accord sur les retraités qui n’a jamais été signé par le SUDES/ESR. 
Ci-dessous : Tous les 5 points de la Plateforme.

Plateforme revendicative du syndicat
I.                    Sur la gouvernance :
1.       Abrogation ou modification substantielle de la loi 2015-26 relative aux universités publiques ;
2.       Elaboration et adoption de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur, de la recherche, de la science et de la technologie ;
3.       Respect strict de la hiérarchie et de l’orthodoxie universitaires ;
4.       Exécution immédiate par le Recteur de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de l’arrêt de la cour suprême relatif au recrutement de deux (a02) enseignants-chercheurs à l’Institut des droits de l’Homme et de la Paix (IDHP).
II.                  Sur l’enseignement :
1.       Plan Marshall de recrutement d’au moins cinq cent (500) enseignants-chercheurs et chercheurs par an pendant dix (10) ans ;
2.       Rééquilibrage de la distribution des postes d’enseignants-chercheurs en faveur des établissements et des universités aux ratio catastrophiques (FLSH et FASEG de l’UCAD, URF de santé de l’UASZ, etc.) ;
3.       Recrutement de personnel de support compétent et en nombre suffisant dans toutes les universités et particulièrement à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’UCAD ;
4.       Statut de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) :
a.       Arrêt de l’orientation des bacheliers dans cette institution pédagogique inadéquate pour la formation initiale ;
b.      Transformation de l’UVS en Institut National de la Formation Continue ;
c.       Mise de l’UVS sous la tutelle scientifique de l’UCAD ;
5.       Arrêt de l’orientation des bacheliers dans le privé ;
6.       Financement de la Formation à distance (FAD) de la FASTEF de l’UCAD.
III.                Sur la recherche :
1.       Développement d’une politique de recherche volontariste ;
2.       Financement et équipement des laboratoires de recherche des universités ;
3.       Mise aux normes de la prime de recherche ;
4.       Pour les voyages d’études :
a.       Respect de la loi pour les nouveaux recrutés : deux années de service – possibilité de voyage d’étude dès la deuxième année de service
b.      Ordre de mission avec un per diem statutaire pour les deux mois de voyage d’étude.
IV.                Sur les infrastructures :
1.       Achèvement des chantiers des universités Amadou Makhtar Mbow (UAM) de Diamniadio et El Hadji Ibrahima Niasse du Sine Saloum (USSEIN) ;
2.       Achèvement des chantiers de l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) à Ziguinchor et de ses centres délocalisés à Sédhiou et à Kolda ;
3.       Achèvement des chantiers des centres délocalisés de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis à Guéoul et à Matam ;
4.       Construction de l’Université du Sénégal oriental ;
5.       Construction d’un Institut supérieur d’enseignement professionnel (ISEP) dans chaque région du Sénégal ;
V.                  Sur la prise en charge sociale et la motivation des P.E.R :
1.       Redéfinition du solde indiciaire et des indices affectés aux enseignants du supérieur ;
2.       Unification des traitements accordés dans les différentes universités ;
3.       Renégociation de l’accord sur les retraités qui n’a jamais été signé par le SUDES/ESR ;
4.       Meilleure organisation de la période transitoire menant à la retraite
5.       Prise en charge médicale effective avec remboursement des médicaments et des lunettes ;
6.       Facilitation de l’accès à la propriété privée des enseignants près de leurs lieux de travail ;

Tags:Ousmane SonkoAssemblee nationaleReglement-interieurCommission-techniqueDeputesAbsenteismes

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Education

NGOYOKHEM : UN GAP DE 500 TABLE-BANCS RETARDE LE DÉMARRAGE DES COURS

Published

on

Le concept ’’Ouby Teey Diang teey’’ est loin d’être une réalité à Ngoyokhem. Dans cette commune, située dans la région de Fatick, plus de 20 écoles et cours préscolaires souffrent d’un manque criard de table-bancs. Au total, cinq cent soixante (560) tables-bancs sont nécessaires pour combler le gap qui retarde le démarrage des cours.

S’y ajoute que la plupart de ces écoles ne sont pas dotées de blocs de toilettes. Le maire de la commune, Mbagnick Ndiaye qui a procédé à une tournée dans ces établissements scolaires, a aussi pu constater que le programme de résorption des abris provisoires, annoncé en grandes pompes est inexistant d’où un recensement de plus de dix-huit classes sous abris provisoires. Il a promis d’y remédier dans les meilleurs délais.

Continue Reading

Education

Prof. Moustapha Sall : « Il n’y a aucune crise dans les universités »

Published

on

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation dément formellement toute crise dans les universités. Selon Moustapha Sall, Conseiller technique du ministre Cheikh Oumar Anne, la situation se présente bien pour la rentrée universitaire.

« Il n’y a aucune crise dans les universités. Il suffit de faire le tour des universités à l’heure actuelle, pour se rendre compte qu’il n’y a aucune situation alarmante », a-t-il déclaré, hier, lors d’un mini point de presse.

Les rattrapages

Le professeur Sall d’expliquer très clairement : « A l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, les examens de rattrapage ont démarré depuis le 1er octobre. L’heure est aux études pour le rattrapage. Les autres Universités sont dans le même tempo. A Thiès, ils sont en train de faire le rattrapage. Idem à Ziguinchor. A Bambey, c’était un problème d’assainissement qui est en train d’être résolu ».

Les assurances

Avant d’ajouter : « A Saint-Louis, à l’heure actuelle, il y a deux UFR qui sont en train de terminer les cours pour faire les rattrapages. Dans les autres UFR, il n’y a pas encore de rentrée A Saint-Louis, ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y a la coordination qui est en mouvement en disant que ça ne concerne que les étudiants qui vont venir.  L’Assemblée générale de l’Université avait exclu 4 étudiants et a suspendu la Coordination de Saint-Louis. Nonobstant cela, la Coordination a été reçu par le ministre. Concernant le volet social, ils ont parlé de logements. Le ministre a assuré qu’il y aura 2000 lits supplémentaires. Par rapport à la restauration, le ministre a pris des mesures. Tous les chantiers ont repris. Les infrastructures vont être renforcées ».

Le niet du ministre

« Il y a également le problème de l’assainissement. Le ministre leur a expliqué que ce volet était géré par un autre ministère. Il a décidé de prendre lange avec son collège et son ministère va donner sa contribution. Sur la question de l’eau, le ministre a également pris des mesures. Le château d’eau est très avancé. La subvention de la Commission sociale a été portée à 10 millions. Ils ont réclamé des climatiseurs dans les espaces de restauration. Le ministre a dit non. Sur tous les plans, l’Université est prête pour accueillir les nouveaux bacheliers », a indiqué le Conseiller technique.

Et aux étudiants

Il a dit ne pas comprendre que « des étudiants se permettent de dire qu’aucun nouveau bachelier ne franchira la porte de l’UGB ». « Sur cette question, nous avons été très clairs. Ils n’ont pas ces prérogatives », a conclu le Pr Sall.

Continue Reading

Education

L’État ouvre quatre Isep pour les nouveaux bacheliers

Published

on

Après avoir annoncé l’orientation de tous les nouveaux bacheliers dans les universités publiques, le gouvernement du Sénégal ne veut surtout pas perdre de temps.

Quatre Instituts supérieur d’enseignement professionnel (Isep) ont ainsi été ouverts, informe la Direction générale de l’enseignement supérieur.

Selon L’As, en plus de l’Isep de Thiès déjà opérationnel, ceux de Diamniadio, Matam, Bignona et Richard Toll vont accueillir leurs premiers pensionnaires cette année.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque