Connect with us

économie

Pape Dieng (Dg Sonacos) : « La Sonacos a payé en ce moment 1.340.707.835f Cfa. Il reste 86.947.873f Cfa dont nous n’avons pas encore reçu les factures des tonnes impayées »

Published

on

« Il y a 6895 tonnes récoltées dont 4552 tonnes en provenance de Kolda, 1343 tonnes dans la région de Sédhiou et la région de Ziguinchor, mais pas encore de graine déchargée. Le montant total est de 1.427.655.708f Cfa. La Sonacos a payé en ce moment 1.340.707.835f Cfa. Il reste 86.947.873f Cfa. Nous n’avons pas encore reçu les factures des tonnes impayées. Toutes les factures reçues, ont été payées ». Il détaille le mode de paiement fait par tranche et qui a débuté depuis le 21 décembre dernier. « Le premier paiement s’est déroulé le 21 décembre pour 178.456.416f Cfa. Le 2ème paiement le 26 décembre pour 221.691.969f Cfa, le 3ème paiement le 3 janvier pour 286.076.506f Cfa, le 4ème paiement le 07 janvier pour 216.666.338f Cfa, le 5ème paiement datant d’avant-hier pour 437.816.606f Cfa » informe le directeur de la Sonacos, Pape Dieng.

Par rapport à l’année dernière, il se félicite et s’empresse de donner les objectifs de cette année : « nous avons constaté une arrivée de graine plus importante que l’année dernière. En plus à Ziguinchor, on a une densité de 330 grammes, supérieure à la norme requise. Donc les graines sont de bonne qualité et nous payons les graines que nous recevons. Les objectifs ici à Ziguinchor sont fixés à 45.000 tonnes que nous comptons atteindre avant fin mars», espère-t-il.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITES

ECONOMIE – La Belgique et le Sénégal renforcent leur coopération

Published

on

Un peu plus d’un an après sa première mission économique à Dakar, Mme Cécile Jodogne, Secrétaire d’Etat bruxelloise au Commerce extérieur, s’est retrouvée à nouveau dans la capitale sénégalaise. Ce, pour «témoigner à nouveau les relations fortes qui existent entre son pays et le Sénégal». A la tête d’une forte délégation composée notamment d’entrepreneurs, Mme Cécile Jodogne est venue effectuer une mission économique et commerciale de deux jours (21 et 22 mars). Ce jeudi 21 mars, une rencontre s’est tenue entre sa délégation et des entrepreneurs sénégalais. Une rencontre présidée par Khoudia Mbaye, ministre de la Promotion des investissements, des partenariats et du développement des téléservices de l’Etat.

«Un double signal fort pour le marché sénégalais»

La Secrétaire d’Etat a souligné que la Belgique souhaite pouvoir s’inscrire et participer au Plan Sénégal émergent (Pse) et travailler avec le gouvernement à atteindre les objectifs. Elle soutient que son pays est «l’une des économies les plus ouvertes» du monde, où 80% de son Pib proviennent de l’exportation, faisant du pays le 11ème «le plus gros importateur mondial», avec une population estimée seulement à 11 millions d’habitants.

Mme Cécile Jodogne signale qu’en 2018, l’interaction entre les deux économies (Belgique et Sénégal) était «beaucoup trop modeste, vu le lien culturel qui les unit». Et pour y remédier, un nouveau bureau d’attaché économique et commercial a été installé à Dakar, après celui de 2013. Un bureau installé à l’ambassade de la Belgique à Dakar et qu’elle va inaugurer lors de son séjour. Il s’agit ici, d’un point de contact et d’intermédiaire pour tous les investisseurs sénégalais qui souhaiteraient développer leurs affaires en Belgique et dans toute l’Europe.

Pour la Belge, cet attaché commercial auprès du bureau économique et commercial de Dakar est «le premier poste» en Afrique de l’Ouest. Et constitue «un double signal fort qui souligne le grand intérêt du monde des affaires belges et bruxellois pour le marché sénégalais». Et le choix de Dakar sur toute autre ville en Afrique et dans le monde, selon elle, «témoigne de l’importance que son pays accorde au potentiel du marché sénégalais».

«Une mission venue à point nommé»

La ministre Khoudia Mbaye, quant à elle, estime que cette mission économique et commerciale de la Secrétaire d’Etat bruxelloise au commerce extérieur est venue «à point nommé», au moment où le gouvernement entame le 2ème Plan d’actions prioritaire. Et l’ouverture de ce bureau auquel est affecté un attaché commercial qui va faciliter les relations entre les secteurs privés belge et sénégalais.

A travers cette mission économique et commerciale belge, l’Etat du Sénégal souhaite développer plusieurs domaines d’intérêt commun. Il s’agit notamment, de l’agriculture, l’agrobusiness, les télécommunications, les énergies renouvelables.

Autres domaines non moins importants tels que le renforcement du capital humain, le transfert de technologie, entre autres, seront aussi développés.  

Au programme de cette mission économique figurent de nombreuses rencontres d’affaires B to B, des rencontres officielles entre la Secrétaire d’Etat et des membres du gouvernement sénégalais, ainsi que des visites de terrain, dont Diamniado, le futur pôle Smart city du Sénégal.

Continue Reading

ACTUALITES

Agriculture : La Fiara ouvre ses portes, ce jeudi

Published

on

Le lancement officiel de la 20ème édition de la Foire internationale de l’agriculture et des ressources Animales (Fiara) est prévu, ce jeudi au Cices de Dakar, précisément à la salle 4 avril, à partir de 11 heures.

« La Fiara est aujourd’hui une vitrine incontestable des métiers ruraux, un espace d’échanges sur toutes les questions majeures du développement agricole et des Ressources naturelles et surtout, un outil d’intégration des économies rurales de l’Afrique de l’ouest », lit-on dans un communiqué signé par le comité d’organisation. Il ajoute que « depuis toujours, avec l’appui de la presse, les informations destinées à la promotion de cet événement sont relayées et parviennent à cet effet jusque dans les zones les plus reculées de nos pays ».

L’Association sénégalaise pour la promotion du développement à la base (Asprodeb) en collaboration d’indiquer que « cet échange contribue nécessairement à la mobilisation des participants, en prélude à toutes les actions de sensibilisation et d’information qui seront portées par la presse ».

Continue Reading

ACTUALITES

Pêche industrielle : 115 navires dans les eaux sénégalaises

Published

on

A ce jour, il y a 115 bateaux de pêches dans la zone économique exclusive du Sénégal. Selon la Direction de la protection et de la surveillance des pêches (Dpsp), sur les 115, les 10 sont français, 28 autres espagnols et tout le reste sont des bateaux sénégalais, si l’on en croit Babacar Sadikh Sano de la Dpsp. Il s’exprimait à l’occasion d’une journée d’immersion à la Dpsp organisée en partenariat avec le Groupe de recherche sur l’environnement et la pêche (Grep). Ces bateaux devraient d’ailleurs bientôt arrêter leurs activités, sauf prolongement du bail. En effet, les accords de pêche entre le Sénégal et l’Union européenne expirent le 19 novembre 2019.

Des acteurs comme Greenpeace et les pêcheurs artisanaux qui accusent les chalutiers étrangers de piller les fonds marins du Sénégal ne manqueront certainement pas de faire du lobbying pour que les accords ne soient pas renouvelés. Sauf que du côté de l’Etat, la vision est tout autre. Le capitaine de vaisseau Mamadou Ndiaye, patron de la Dpsp pense qu’il y a de l’exagération sur cette question. ‘’Il y a beaucoup de contrevérités dans ce que disent les gens’’. Selon lui, il n’y a pas de bateaux chinois ou russes sur les eaux sénégalaises. Par contre, ajoute-t-il, bon nombre de navires battant pavillon chinois pêchent dans les eaux des pays de la sous-région pour débarquer à Dakar, parce que c’est là où il y a l’infrastructure.

Pour les bateaux européens, soutient-il, l’accord concerne uniquement le thon et le merlu.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque