Connect with us

POLITIQUE

Ndèla Madior Diouf : « Macky Sall n’est pas derrière la coalition Madické 2019 »

Published

on

En perspective de la Présidentielle du 24 Février 2019, la présidente du parti «Réconciliation nationale pour l’unité africaine»(Rnua), Ndèla Madior Diouf, qui a rallié, la coalition électorale « Madické 2019 », affiche son optimisme derrière l’ancien ministre sénégalais des Affaires Etrangères, Madické Niang.

Le pourquoi du retrait de votre candidature à la prochaine Présidentielle ?

J’avais préparé ma candidature à la présidentielle sérieusement et devant l’insistance du camp adverse à vouloir coûte que coûte passer au premier tour, j’ai choisi de participer à la construction et à l’émergence d’une grande coalition d’opposition qui peut faire face à Macky. Après avoir renoncé à ma candidature, beaucoup de candidats ont essayé de mener des discussions avec moi et, c’est le Président Madické Niang, candidat de la coalition «Madické 2019» qui m’a le plus convaincue. Alors, j’ai décidé de cheminer avec lui. Vous voyez, la parité a été proposée par le Président Wade mais la promesse d’un gouvernement paritaire, une première en Afrique, a été faite par le Président Madické Niang. Cette différence avec les autres m’a, ainsi, poussée à le soutenir, le choisir comme mon candidat aux échéances du 24 Février prochain.

Mais, on risque de voir une élection présidentielle sans la participation d’aucune femme candidate

J’étais la première femme à avoir annoncé sa candidature pour cette présidentielle. Mais, comme c’est l’unité qui fait la force, j’ai reculé pour mieux sauter. Le filtre du parrainage a eu raison de beaucoup de prétendantes.

Votre candidat Madické Niang a-t-il trahi Me Wade ?

Le président Madické a pris une grande décision pour sauver le président Wade et le Pds. C’est vrai qu’il est un incompris mais, nous qui sommes avec lui, l’on sait très bien qu’il n’a pas trahi Me Wade. Devant l’insistance du Pape du «Sopi» de vouloir coûte que coûte faire de son fils Karim Wade candidat du parti alors qu’il est absent sur le fichier électoral , lui a poussé à se déterminer, à faire cavalier seul. Cette manière de procéder pourra éviter une non participation du Pds dans cette importante élection.

Le parrainage a été une épreuve délicate, pas facile à franchir. N’est-ce- pas ?

On a réussi l’étape du parrainage par ce qu’en réalité, on a tous bien travaillé. C’est une épreuve qui coûte excessivement cher. Il fallait payer les collecteurs et les informaticiens répartis sur les 45 départements, 557 communes, les 14 régions et la diaspora. Et comme le contrôle était informatisé avec des clés USB remises par le ministère de l’Intérieur, il fallait un travail sérieux de contrôle pour éviter les doublons, les fausses signatures. La coalition «Madické 2019» a dépensé énormément d’argent et en a perdu énormément parce que certains venaient déposer des milliers de signatures invalidées rien que pour se faire de l’argent et/ ou saboter notre travail. J’avoue que toute la difficulté du parrainage repose sur les collecteurs.

Certains soutiennent que votre coalition bénéficie du soutien des 7 Sages du Conseil Constitutionnel et ils établissent un éventuel deal d’avec le président Macky. Qu’en est-il, exactement ?

Le Conseil constitutionnel n’a pas favorisé la coalition «Madické 2019». C’est faux ! Cela ne cadre pas avec la réalité. La difficulté est donc due à l’informatisation du contrôle. Le logiciel filtre utilisé a été très sélectif. Ce qui a amené le Pur au premier rang. Même une lettre oubliée fait sauter le parrain. Donc il fallait impérativement être parmi les premiers à déposer pour éviter une multitude de doublons. Ceux qui ont parrainé à plusieurs reprises ont fait éliminer beaucoup de candidats et, c’est aux recalés de porter plainte. D’autre part, ceux qui disent que l’Etat nous a favorisés sont de vrais saboteurs avec des intentions inavouées. Macky Sall n’est pas derrière la coalition « Madické 2019 ». C’est vrai qu’il nous espionne mais, il n’est pas derrière nous. Au contraire, c’est nous qui l’empêchons de dormir.

ACTUALITES

Gouvernement parallèle : Les FDS dévoilent leur plan, ce dimanche

Published

on

Les membres des Forces démocratiques du Sénégal (Fds), affiliées à la coalition Idy 2019, qui ne ruminent toujours pas la défaite de leurs coalition à la dernière résidentielle ne comptent pas reculer d’un iota.

Les semaines dernières, ils avaient annoncé l’installation d’un gouvernement parallèle le 02 avril prochain, date à laquelle le Président réélu pour cinq ans, va prêter serment.Ainsi, ce dimanche, 24 mars 2019, Babacar Diop et Cie comptent dévoiler leur plan à Rufisque par une rencontre.

Continue Reading

ACTUALITES

Election présidentielle du 24 février : des proches de Khalifa Sall préparent de graves révélations

Published

on

Les proches de Khalifa Sall se préparent à faire de graves révélations sur la dernière élection présidentielle du 24 février dernier. C’est en tout cas ce que révèle « Les Echos », qui soutient que les pro Khalifa vont bientôt tenir une conférence de presse dans ce sens. Ces lieutenants de l’ex-maire de Dakar à qui avaient été donné l’ordre de la part de leur mentor, de ne pas perdre leur temps ni leur énergie, suite à l’appel aux retrouvailles lancé par le Parti socialiste, indique encore le journal.

Continue Reading

ACTUALITES

Bignona : Benno accuse Sonko d’avoir « utilisé des armes non conventionnelles »

Published

on

Les responsables de la mouvance du département de Bignona ont fait hier l’évaluation de la Présidentielle du 24 février. Face à la presse à la suite de leur rencontre, le coordonnateur Abdoulaye Badji a révélé les causes de leur defaite dans la zone. « Les gens ont travaillé, mouillé le maillot et toutes les stratégies ont été mises en œuvre. Mais certainement, il y a quelque choses qu’on n’a pas pu prendre en compte et qui nous a coûté cet échec’’, a-t-il indiqué.
Et pour justifier le triomphe de l’adversaire, en l’occurrence les partisans de la coalition « Sonko Président », M. Badji a soutenu que ces derniers ont utilisé « des armes non conventionnelles en s’appuyant sur le vote d’aucuns qualifieraient d’affectif ou ethnique, même si on pourrait dire la même chose ailleurs ».
A titre de rappel, la coalition « Sonko Président » a obtenu 51 438 voix contre 27 398 pour le candidat de Benno Bokk Yakaar, 2 169 pour Idy2019, 412 pour le Pur et 377 pour Madické Niang.
« Si on interroge les chiffres des élections législatives et du parrainage, cela montre que dans notre propre vivier, on a perdu beaucoup de voix. Et ce sont des choses à analyser et à revoir », a ajouté M. Badji repris par « Le Quotidien ».

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque