Connect with us

SOCIETE

Mort des 11 pêcheurs à Saint-Louis : leurs familles rappellent à l’Etat ses promesses

Published

on

Les familles des 11 pêcheurs guet-ndariens disparus en mer et dont 4 corps ont été retrouvés aux larges des côtes du Cap-Vert rappellent à l’Etat ses promesses suite à leur malheur. Elles demandent au gouvernement de les doter de moteurs et d’autres équipements.

«Nous lançons un appel au ministre de la Pêche, Oumar Gueye, à aider les propriétaires des pirogues qui ont tout perdu dans ce drame, chacun un moteur et des gilets afin qu’ils puissent veiller la pêche au niveau de Saint-Louis », lance le porte-parole des propriétaires des pirogues.

Cheikh Sidate Ndiaye estime qu’un bateau ramasseur permettrait d’améliorer la sécurité des pêcheurs. «Nous demandons aussi la réorganisation, de ramener le bateau ramasseur, car c’est avec ce moyen, on pourra identifier le parc piroguier de Saint-Louis ou du Sénégal», souligne-t-il .

A l’en croire, les 11 pêcheurs disparus en mer, leurs ont fait perdre « 14,5 millions de F Cfa».

Par ailleurs, avance-t-il, « nous demandons au président de la République de penser aux associations qui ont été mises en place surtout les femmes qui sont à Diamalaye de 14 h 30 jusqu’à 22 heures ».

pressafrik

ACTUALITES

Expresso : La chute d’Omar El Béchir impacte sur la société

Published

on

La chute de l’ex dirigeant soudanais, Omar El Béchir, a entraîné des remous au sein de l’entreprise, Expresso. Des cadres de la société sont sous pression et leur PDG international, le président Rahmatalla, est en train de chercher un asile. 

Le directeur administratif et financier, proche d’Omar El Béchir, révèle-t-on, est en voyage et son poste est dirigé par intérim par un Sénégalais. Selon Iradio, qui donne l’information, le syndicat a adressé un mémorandum à la direction générale qui a tenu une réunion aujourd’hui, jeudi, 25 avril. 

A retenir, Expresso international est une société à capitaux soudanais qui a des filiales en Mauritanie, au Sénégal et dans d’autres pays africains. 

Continue Reading

ACTUALITES

Insuffisance rénale : « Il faut éradiquer les bouillons alimentaires » (Dr Abdou Niang)

Published

on

6000 nouveaux cas d’insuffisance rénale apparaissent chaque année au Sénégal. Un chiffre alarmant qui pousse Dr Abdou Niang, chef de service néphrologie du Centre hospitalier national Dalal Jaam, à demander une limitation de « la quantité de sel utilisée dans la cuisine et éradiquer définitivement l’utilisation des bouillons alimentaires ». Dr Niang s’est confié à Seneweb dans un entretien à paraître. Extrait.

Continue Reading

ACTUALITES

Kolda : une adolescente de 17 ans se fait avorter pour 2500f

Published

on

Le ministère public a requis un an de prison ferme contre l’infirmier chef de poste et Ngima Fadiaba la sœur de de l’adolescente pour le délit d  « d’association de malfaiteurs » d »avortement provoqué » et «  d’administration de substances nuisibles à la sante »

La liste des accusations contre Ngima Fadiaba et l’infirmier chef de poste est longue. La réquisition du ministère de la république est tombe hier, aux environs de 13 heures au tribunal de grande instance de Kolda. L’affaire s’est déroulé le 11 janvier 2019 au poste de sante de Bamoudou, a la commune de Djiredji dans la région de Sedhiou d après le procès-verbal détenu par le juge. Apres avoir eu écho de l’avortement, la gendarmerie a arrêté l’infirmier poste, la ma matrone Aissatou Diedhiou et Gnima, la sœur de Sonia. Mais le magistrat considère que l’avortement de l’adolescente en classe de 4e a été fait suite à une association entre l’infirmier et la sœur de l’adolescente. Devant les juges l’infirmier chef de poste rejette ses déclarations faites lors de l’enquête préliminaire, il suppose avoir parlé sous le coup de la pression. En effet, l’accusé avait déclaré, lors de la de la dite enquête, avoir encaisse 2500 francs CFA des mains de l’adolescente pour l’aider a provoqué sont avortement. La matrone Aissatou Diedhiou quant à elle, nie avoir participé à l’avortement. Elle affirme avoir été préoccupé par une autre femme, qui avait mis au monde un bébé, pendant le déroulement des fait et n’a été informe de l’état de grossesse de de Sonia qu’après que celle-ci ait accouché d’un mort ne « c’est quand je suis revenue auprès de Sonia, que j’ai trouvé qu’elle avait accouche d’un mort-né ». Assaitou Diedhiou précise qu’elle n’a pas encaisse d’argent pour cet avortement. Dès lors le procureur de la république, jugeant que la culpabilité de la matrone était non justifiée a demandé au juges de la relâcher. Suite à la décision de la cour l’affaire sera délibérée le 08 mai prochain.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque