Connect with us

SPORT

Lutte / Papa Yade terrasse Papa Boy Djinné

Published

on

SPORT

Le Bayern de France, Kylian Mbappé, ses ambitions : les confidences de Kingsley Coman

Published

on

Kingsley Coman redevient ces dernières semaines une valeur sûre pour le Bayern Munich. L’attaquant tricolore s’est longuement confié sur son come-back, ses ambitions, la French Touch bavaroise et Kylian Mbappé. Morceaux choisis.

Kingsley Coman (22 ans) est l’homme du moment au Bayern Munich. Entre une bagarre à l’entraînement avec Robert Lewandowski et un doublé sur la pelouse du Fortuna Düsseldorf le week-end dernier (1-4, 29e journée de Bundesliga), l’attaquant français est sur toutes les lèvres outre-Rhin. C’est pourquoi Kicker est parti à sa rencontre, publiant ce jeudi l’entretien de l’international tricolore (15 sélections, 1 réalisation), conscient que, malgré un début d’année 2019 intéressante (6 buts toutes compétitions confondues), il doit faire beaucoup mieux.

« En tant qu’ailier, je dois marquer plus de buts. Je sais que je peux apporter beaucoup de choses et de qualités à l’équipe, mais je suis encore loin des meilleurs », a-t-il lâché, refusant la comparaison avec Franck Ribéry (35 ans). « Franck a sa carrière, j’ai la mienne, je ne suis pas le nouveau Ribery, je suis moi », a-t-il balayé d’un revers de main. Il a ensuite évoqué les arrivées à venir de deux nouveaux Français au Bayern, Lucas Hernandez et Benjamin Pavard, cet été. « Ce sont deux grands joueurs. Ils sont tous les deux champions du Monde, alors ils peuvent amener beaucoup de confiance et positivité au sein de notre équipe », a-t-il expliqué avant de poursuivre.

« Mbappé, la prochaine star mondiale »

« Renommer le Bayern le FC France ? C’est un peu tôt (rires). Mais la France a gagné la Coupe du Monde 2018, avec de très bons joueurs, et c’est certainement une des raisons qui a poussé le Bayern à s’appuyer sur les footballeurs du pays champion du Monde (Corentin Tolisso est déjà arrivé l’été dernier, ndlr », a-t-il lâché. En parlant de champions du Monde 2018, l’ancien Parisien, qui avait raté le Mondial pour cause de blessure, a livré son sentiment sur un certain Kylian Mbappé. « Oui, je pense qu’il sera la prochaine star mondiale », a-t-il lancé, refusant de se prêter au jeu des comparaisons.

« Nous sommes différents. Il est davantage attiré par l’axe. Je suis plutôt un joueur de côté. Je ne suis pas un buteur classique, j’ai une autre manière de jouer. Mbappé est plus habitué à être à la conclusion des actions alors que moi j’ai plutôt tendance à les initier. C’est un excellent finisseur des deux pieds, un peu comme Lewandowski », a-t-il conclu, espérant disputer la prochaine Coupe du Monde à ses côtés. « Je peux y être », a-t-il martelé, ambitieux. À lui de jouer !

Continue Reading

SPORT

PSG : mais qu’arrive-t-il à Presnel Kimpembe ?

Published

on

En progression constante ces dernières années, Presnel Kimpembe traverse une période très difficile ces dernières semaines, avec des performances très décevantes.

Presnel Kimpembe avait sûrement rêvé du scénario idéal. Nommé capitaine, en raison des nombreuses absences, pour le déplacement à Nantes, il aurait pu vivre le titre de champion de France muni du brassard. Un véritable honneur pour un joueur formé au club de la capitale. Au lieu de cela, il a subi une nouvelle défaite, au cours d’un match où son niveau a interpellé, et il a dû faire face à des supporters mécontents à l’issue de la rencontre, bien loin des scènes de liesse que le titre de champion aurait provoquées. Sale soirée donc pour Kimpembe hier à Nantes, mais elle n’est que le prolongement d’une série de matches très décevants.

Car depuis le match aller de Ligue des Champions contre Manchester United, qui reste le sommet de sa saison, Kimpembe décline. Sa main qui aboutit au penalty mancunien est le contrepoint de son but à Old Trafford. L’enchaînement des blessures au sein de l’effectif parisien lui a offert un temps de jeu considérable avec 8 titularisations consécutives. Note moyenne sur ces 8 matches (basée sur celles accordées par L’Equipe) : 4,125. Kimpembe semble avoir perdu le fil. Il se fait bouger physiquement par ses adversaires, à l’image de Kalifa Coulibaly, qu’il a rencontré deux fois en quelques semaines. Déjà la première fois, il avait souffert mais le PSG l’avait emporté, en demi-finale de Coupe de France. Mercredi à la Beaujoire, il a de nouveau été dominé dans ce secteur, son habituel point fort.

Surtout, le défenseur central ne semble pas prendre la mesure d’un rôle de leader qui doit lui revenir, à lui comme à d’autres, en raison de la jeunesse actuelle des onze concoctés par Tuchel. Lorsque Thiago Silva et Marquinhos ne sont pas là, il ne peut pas se reposer sur Thilo Kehrer, lui aussi en grande difficulté. Or, il pêche aussi sur le leadership, en témoigne le manque de réaction des Parisiens après les buts nantais. Kimpembe coule avec les autres. Au moins a-t-il eu le courage d’affronter les supporters mécontents, à défaut de se présenter face à la presse, après le coup de sifflet final. Si son statut de titi parisien en fait l’un des chouchous des supporters, il va devoir se ressaisir sportivement pour reprendre le fil d’une progression pour l’instant à l’arrêt.

Continue Reading

SPORT

Ligue des Champions : la folle soirée de Mauricio Pochettino

Published

on

Mauricio Pochettino, le coach de Tottenham, a vécu une grande soirée à l’Etihad Stadium, marquée par les nombreux retournements de situation. Mais à l’écouter, ce n’est pas son plus grand moment dans sa carrière d’entraîneur !

C’est d’un match absolument fou dont la Ligue des Champions a accouché mercredi soir entre Manchester City et Tottenham. Quatre buts en 11 minutes, cinq en 21, des rebondissements permanents, et le twist final avec le but de Sterling dans le temps additionnel finalement annulé par la VAR. Au cours de ces dernières minutes de folie, on a pu voir Pep Guardiola exulter et Mauricio Pochettino se retourner vers son banc, catastrophé, avant que les émotions s’inversent. Si les débats se concentrent logiquement sur Guardiola et sa difficulté avec la C1, il ne faut pas oublier son homologue de Tottenham, qui parvient à se qualifier en demi-finale avec un effectif sans recrue depuis janvier 2018.

Après la rencontre, il est revenu sur l’incroyable fin de rencontre et l’utilisation de la vidéo, favorable aux Spurs. « Je n’ai pas regardé. C’est difficile après le match de rester calme. Il faut faire confiance à la VAR. J’avais dit avant que la décision d’introduire la VAR allait changer le football. Je suis pour aider les arbitres. Alors il faut accepter les décisions, qu’elles soient pour ou contre vous », a-t-il lâché. « La chose la plus importante est que nous sommes désormais en demi-finale et je pense que nous l’avons mérité. Mes joueurs sont des héros. J’avais dit avant le match que je serai fier d’eux, peu importe ce qui allait arriver ».

Éliminé par la Juventus en 8e de finale la saison dernière malgré deux excellentes prestations, Tottenham a pris sa revanche en se qualifiant sans mieux jouer que son adversaire en quart de finale. Solides et courageux, les Spurs ont réussi un grand exploit. « Bien sûr, c’est l’un des plus grands moments de ma carrière », a glissé Pochettino, qui a toutefois surpris son monde en lâchant au micro de la Cadena Cope : « mon meilleur moment en tant qu’entraîneur c’est quand j’ai réussi à sauver l’Espanyol à Almería. Ce soir, ça n’atteint pas ce niveau-là, mais presque ». Décidément, Pochettino est aussi insaisissable que son équipe !

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque