Connect with us

Uncategorized

Guy Marius et cie, déférés au parquet ce lundi

Published

on

 L’activiste Guy Marius Sagna et codétenus, arrêté devant les grilles du Palais, seront  déféré au parquet ce lundi. Selon Me Moussa Sarr, leur avocat, ils sont poursuivis pour infraction à l’ordre public, attroupement et participation à une manifestation non autorisée.

Sans parler d’un quatrième chef d’inculpation, visé uniquement à l’encontre de Guy Marius, à savoir rébellion et violence contre un agent dans l’exercice de ses fonctions, informe le journal Les Echos.

Ces mis en cause manifestaient ce vendredi contre la hausse annoncée sur le prix de l’électricité.

L’arrestation de Guy Marius Sagna et compagnie s’est par ailleurs invitée dans les débats à l’Assemblée nationale où le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye, faisait face aux députés pour défendre son budget 2020. Les parlementaires sont divisés sur la question.

La député Socialiste Aida Sow Diawara plaide pour des « sanctions exemplaires ». Pour elle, le fait de manifester devant les grilles du Palais est « inadmissible ». La Parlementaire de citer l’exemple d’un pays (sans le nommer de peur de créer une incidence diplomatique) proche qui a sanctionné de trois (03) ans ferme des manifestants qui ont posé le même acte que Guy Marius Sagna et ses camarades.

Son collègue du parti Rewmi Dethié Fall estime pour sa part que l’Etat est responsable de cette situation. « Ce sont les interdits de manifestation qui encouragent la défiance. Nous avons suffisamment de forces de l’ordre pour encadrer une marche », a déclaré le Vice-président du parti Rewmi.

c’est : « l’arrêté Ousmane Ngom », du nom de l’ancien ministre de l’intérieur sous le régime de Me Wade, qui est la source de toutes les dérives constatées lors des manifestations en ville. « Cet arrêté n’est pas conforme à l’expression démocratique. Il doit sauter », a demandé Dethié Fall qui n’a pas manqué d’exiger « la libération de Guy Marius Sagna, Babacar Diop et autres. »

Auteur : IGFM

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Uncategorized

VIH/sida à Kaffrine : 600 personnes atteintes…

Published

on

Six-cent personnes de la région de Kaffrine (centre) vivent avec le sida, ce qui représente un taux de prévalence de 0,9% et fait de cette région la troisième plus touchée par la maladie, a-t-on appris vendredi de son médecin-chef, Mamadou Moustapha Diop.

« La région de Kaffrine est très préoccupée par cette épidémie de VIH/sida. Les dernières statistiques montrent que nous sommes à 0,9%. Aujourd’hui, dans la région de Kaffrine, nous suivons 600 personnes qui vivent avec le VIH/sida », a dit M. Diop.

En 2019, rapporte Aps, 40 personnes ayant des rapports avec des hommes ont « été identifiées dans la région de Kaffrine ». Parmi elles, quatre ont été infectées par le VIH/sida.

Il s’adressait à la presse au terme de la célébration de la Journée régionale de lutte contre le VIH/sida, qui a eu lieu en présence du gouverneur de la région, Jean-Baptiste Coly.


Continue Reading

Uncategorized

Maintien en prison de Dr Babacar Diop : Le Saes décrète (encore) 48h de grève

Published

on

Les enseignants du supérieur durcissent le ton pour exiger la libération de leur collègue Dr Babacar Diop. En effet, après une grève d’avertissement de 24h, la coordination du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) du campus de Dakar a tenu, hier, une assemblée générale pour constater avec regret le maintien en prison de Dr Babacar Diop.

Selon le journal L’As, c’est ainsi qu’ils ont décrété, à nouveau, un autre débrayage de 48h renouvelables le samedi 14 et lundi 16 décembre 2019. Mieux, la coordination du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) du campus de Dakar demande à tous les enseignants de suspendre toute activité pédagogique et de recherche au sein du campus.

Continue Reading

Uncategorized

Ton menaçant de Macron : Ce que comptent faire les Présidents du G5 Sahel

Published

on

La rencontre « polémique » de « clarification » entre Emmanuel Macron et ses homologues du G5, initialement prévue ce 16 décembre à Pau, dans le sud de la France est reportée, en début 2020. L’offensive terroriste ayant fait pas moins de 71 morts, plusieurs blessés et disparus au Niger, est passée par là.

«Dans ce contexte de deuil et à la veille de la fête nationale du Niger [18 décembre, ndlr], les deux Présidents sont convenus de proposer à leurs homologues de reporter au début de l’année 2020 la tenue, en France, du sommet consacré à l’opération Barkhane et à la force conjointe du G5 Sahel», a annoncé l’Élysée dans un communiqué.

Par ailleurs, cette convocation est prise très au sérieux par les Présidents du G5 Sahel. Le Président burkinabè Roch Marc Kaboré, par ailleurs président en exercice du G5 Sahel, a certes déploré le «manque de tact» du chef de l’État français mais il a confirmé qu’ils répondront à l’invitation, « pour se parler franchement ».

D’ailleurs, en direction du sommet de Pau, désormais annoncé en début 2020, les Présidents des États du G5 Sahel ont décidé de se concerter le 15 décembre prochain pour parler d’une même voix.

En attendant, force est de constater que la polémique ne désenfle pas. Beaucoup de voix s’élèvent en Afrique pour demander aux Présidents du G5 Sahel de ne pas répondre à l’invitation d’Emmanuel Macron.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque