Connect with us

sante

Dr Assane Diop, président des PPS : « Le pharmacien est en droit d’exiger une ordonnance parce que… »

Published

on

« Il faut comprendre que ce ne sont pas tous les médicaments qui exigent la présentation d’une ordonnance. Le pharmacien a bien la possibilité de soulager une personne et après lui demander d’aller voir un médecin si ça ne va pas. Et dans ce cas de figure, il donne des médicaments qui nécessitent pas la présence d’une ordonnance », a, d’emblée fait savoir, le président des Pharmaciens privés du Sénégal (Pps).

Selon Dr Assane Diop, « effectivement, il peut arriver qu’un pharmacien délivre un médicament à quelqu’un parce que tout simplement dans notre système de santé, il peut y avoir certains cas ». Poursuivant, il a renseigné : « Dans ma pharmacie, je peux recevoir une personne que je connais et qui souffre d’une hypertension.

Elle vient toujours consulter sa tension et j’ai l’habitude de voir ses ordonnances, mais un weekend, je peux lui délivrer son médicament parce qu’il faut peser le pour et le contre. C’est un problème de sécurité et de santé public qui se pose en ce moment ».

Toutefois, le pharmacien précise : « Nous rassurons qu’à chaque fois que c’est nécessaire et qu’il y a risque un danger sur la santé de la personne, le pharmacien est en droit d’exiger une ordonnance parce que c’est sa responsabilité qui est engagée s’il y a des conséquences dans le futur ». Le président des Pps répondait à une interpellation selon laquelle si le Commissaire Bara Sangharé a agi de la sorte, c’est parce qu’il pensait qu’on peut acheter un médicament sans ordonnance.

Ceci, lors d’un point de presse que lui et ses camarades ont organisé, pour condamner la violence exercée sur le Dr Cheikhouna Gaye, un des leurs, par des policiers en civil sur ordre du Commissaire des Parcelles assainies, Bara Gaye à qui il a refusé de délivrer un médicament sans ordonnance.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sante

Le valium injectable en rupture depuis deux mois

Published

on

Le valium injectable est en rupture de stock depuis deux mois. La Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) confirme la pénurie, mais révèle que ce n’est pas à leur niveau. La Pna a introduit les demandes, mais c’est les signatures de l’autorisation qui traînent, explique sur Rfm Dr Sokhna Gaye, la cheffe de gestion des stocks à la Pna. «Depuis deux mois, le valium injectable est en rupture. 
Au niveau de la Pna, depuis le mois de mai, on a eu un stock qui était périmé. Certainement parce que c’était disponible dans les officines privées. Et quand les gens s’approvisionnent dans les officines privées, nous, nos stocks sont là et attendent. Malheureusement, quand les stocks des officines privées étaient épuisés, les nôtres étaient déjà en péremption». 
 Docteur Gaye de poursuivre : «Mais quand bien même on avait pris des mesures conservatoires. Parce qu’on avait passé déjà la commande. Et comme c’est un produit à réglementation, il fallait l’autorisation d’importation qu’on avait envoyée à notre fournisseur pour une livraison. On avait déposé deux demandes pour le comprimé et l’injectable. Le comprimé est déjà arrivé. Mais le fournisseur attend l’autorisation d’exportation au niveau de son pays pour l’injectable.»

Continue Reading

ACTUALITES

Hôpital Le Dantec : Le chef du service de la médecine interne évacué en France

Published

on

« Le moins que l’on puisse dire que ce pays marche par la tête. Non seulement le TER constitue une angoisse existentielle pour les Sénégalais, mais encore on nous lance un nouveau projet BRT d’un coût de 300 milliards de Fcfa. Ce qui est alors incompréhensible, c’est que cet argent gaspillé pouvait servir à relever nos plateaux techniques. Ce qui est encore plus rocambolesque, c’est que ceux qui sont censés nous soigner sont évacués à l’étranger… pour des soins médicaux. Le chef du service de la médecine interne de l’hôpital Aristide Le Dantec, le professeur Abdoulaye Pouye, est gravement malade. Il a été évacué en Europe pour les besoins de sa prise en charge médicale selon le site senenquête qui donne l’information », écrit, d’emblée, Le Témoin.

Le quotidien d’en rajouter une couche : « Mais, avant que l’éminent praticien ne soit évacué, ses collègues ont remué ciel et terre car l’intéressé ne disposait pas de moyens nécessaires. Une situation pour le moins incompréhensible vu la stature de cet éminent professeur. Ses collègues médecins avaient, dans un premier temps, ouvert un « compte-ami » pour collecter des fonds. Finalement, révèle Dr Serigne Shérif Fall, c’est la Fondation Servir le Sénégal qui a apporté son soutien pour son évacuation. Évidemment, une telle nouvelle n’est pas pour rassurer les Sénégalais qui se tournent vers les hôpitaux pour se soigner, alors que nos autorités et nos médecins se font évacuer en Europe dès qu’ils sont malades. Transmis à Abdoulaye Diouf Sarr pour le cas où il n’aurait pas entendu ! ».

Continue Reading

ACTUALITES

Saint-Louis: l’hôpital régional reçoit un lot de matériel médical

Published

on

Le directeur de l’hôpital régional de Saint-Louis, Thierno Seydou Ndiaye, a réceptionné un lot de matériel médical destiné à améliorer la prise en charge des urgences et à relever le plateau du bloc opératoire, de l’unité de réanimation et du service de néonatologie, nous apprend l’APS.

« Les couveuses, les berceuses, les tables chauffantes et des tables spécialisées destinées à plusieurs services, offerts à l’hôpital par l’UNICEF et l’ONG SAHEL, permettront de relever le plateau médical de cette structure sanitaire’’, a déclaré le directeur, lundi, lors de la cérémonie de réception .

L’hôpital a reçu a également une importante dotation de la part de la Fondation « Servir le Sénégal« , notamment des appareils de stérilisation d’une capacité de 300 litres, d’une échographie, d’un aspirateur et d’un distillateur d’eau d’un coût de 54 millions francs Cfa, a-t-il rappelé.

Il a aussi précisé que le matériel reçu, permettra de renforcer le service de la cardiologie ainsi que le bloc opératoire, ce qui selon lui, « facilitera l’ouverture prochaine d’un service de néonatalogie« .

« Nous allons relever le plateau technique et permettre aux médecins de travailler dans des meilleures conditions, et la direction de l’hôpital ambitionne de mettre en place un centre médical et chirurgical ambulatoire pour une bonne prise en charge des patients« , souligne Dr Ndiaye.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque