Connect with us

POLITIQUE

Débats houleux à l’Assemblée nationale : Moustapha Guirassy au-dessus de la mêlée

Published

on

Contrairement à ses collègues qui se font remarquer depuis le début de la séance plénière afférente au projet de modification de la loi électorale par des insultes et des invectives, Moustapha Guirassy s’est illustré par sa capacité à élever le niveau du débat.
Voici son propos recueilli par Dakaractu : “En essayant de faire accoucher au forceps un débat qui est loin à la hauteur des enjeux, nous sommes en train de précipiter le déclin de notre démocratie. Ma conviction profonde est que notre démocratie n’est pas malade de la pléthore de partis politiques, n’est pas malade de la pléthore de candidats, elle souffre beaucoup du comportement répréhensible de beaucoup d’acteurs politiques qui, pour se maintenir au pouvoir ou pour conquérir un pouvoir vont fouler au pied certaines règles et exigences élémentaires de démocratie, de transparence et d’éthique. Mon peuple a mal ailleurs. Son mal ne se situe pas à ce niveau.
La démocratie a mal ailleurs. Son mal ne se situe pas à ce niveau. Le mal du peuple, de la démocratie sénégalaise et du processus électoral, c’est justement lorsqu’après une élection législative lourdement entachée, qu’on ne puisse pas en toute lucidité présenter des excuses au peuple sénégalais et justement partager l’évaluation de cette élection qui a été faite. Le mal de ce processus électoral, c’est lorsqu’on est inquiet, qu’on a peur parce que l’insécurité est en train de gouverner tous les pays.
L’insécurité face à des terroristes, aux multinationales qui peuvent acheter un pays et posséder toute sa souveraineté, lui faire perdre cette souveraineté. Le financement des partis politiques a mal parce qu’il n’a pas été abordé. La question du plafonnement du fonds alloué à la campagne électorale est fondamentale.
Le peuple a très, très mal lorsqu’il y a l’achat de consciences, lorsqu’avec des moulins, des ballons, l’entreprenariat rapide, on introduit des distorsions extraordinaires et qu’à la fin on ait pas une qualité du processus électoral…”

ACTUALITES

PDS : rébellion autour de Me Wade

Published

on

Abdoulaye Wade ou son ‘’isolement’’ crée des frustrations dans les rangs du PDS. Certains responsables accusent les tenants du parti (Oumar Sarr et Cie), d’avoir isolé le pape du Sopi, le rendant inaccessible pour beaucoup. 

Ce qui a causé une fronde contre le secrétaire général national adjoint du parti, Oumar Sarr et ses partisans. 

En effet, des responsables de la Fédération nationale des cadres libéraux, qui parlent sous couvert de l’anonymat, accusent ces responsables d’avoir volontairement isolé Me Abdoulaye Wade, le rendant ainsi inaccessible à certains responsables du parti et aux militants. 

Depuis son retour au Sénégal, Me Abdoulaye Wade loge à l’hôtel Terrou –bi avec sa femme.

  Walfquotidien

Continue Reading

ACTUALITES

Abdou Ndéné Sall :« La libération de Khalifa Sall ne doit pas être un préambule au dialogue»

Published

on

Le dialogue national auquel ont été les forces vives de la nation par le président Macky Sall, ne doit pas être une occasion pour demander de la part de l’opposition, la libération de « prisonnier ». C’est l’avis du moins de Abdou Ndéné Sall, ministre délégué.  Selon lui, demander l’amnistie pour un prisonnier qui a détourné de l’argent, c’est encourager les sénégalais à la mauvaise gestion des ressources. 

« Pour un dialogue, il faut plusieurs personnes, mais aussi dialoguer sur les problèmes de la Nation, mais pas sur le sort de deux ou trois personnes. Mais quand on pose des conditions pour la tenue d’un dialogue qui est pour le devenir de tout le pays, cela fausse le jeu. Il ne faut pas des préalables. La libération d’un tel ou d’un tel sont des problèmes individuels. Ces gens ont des problèmes avec la Justice, c’est à elle de régler le différend avec eux. Et ce genre d’appel est très mauvais pour l’économie d’un pays et son devenir. Leur accorder cette amnistie, les autres prisonniers condamnés pour les mêmes délits vont penser y avoir droit aussi. Les gens doivent apprendre à avoir un bon comportement par rapport aux deniers publics », conclura-t-il.

Continue Reading

ACTUALITES

Dissolution de l’Assemblée nationale: « Ce que propose Me Ousmane Seye »

Published

on

La proposition de Me Aissata Tall Sall au sortir de la présidentielle du 24 février consistant à dissoudre l’Assemblée nationale aux fins de coupler les élections locales et législatives, reste suspendue sur toutes les lèvres. Après moult interventions, c’est autour de Me Ousmane Seye d’entrer dans la danse.

Si d’aucuns pensent que l’idée du Me Aissata Tall Sall est tout simplement pertinente, elle n’est pas pour autant du goût du Me Ousmane Seye. Sur ce, la robe noire a pris le contre-pied de Me Sall.

« Nous proposons la prolongation du mandat des députés de 2022 à 2024, pour accompagner le Président Macky Sall dans sa politique de réforme importante et faire coïncider l’élection présidentielle avec les législatives« , a soutenu Me Seye jeudi, en marge de la Coalition pour l’émergence (Cpe).

L’avocat de dire à qui veut l’entendre qu’au sein de ladite Coalition qu’il dirige, qu’ils vont « gouverner avec le président Macky Sall » contrairement au premier mandat au cours duquel, ils étaient « en retrait ».

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque