Connect with us

Education

Amadou Bâ : «En 5 ans, pas moins de 37 milliards de FCfa ont été payés aux écoles privées»

Published

on

«Le gouvernement reste un peu dans sa trajectoire. Le Président est en train de consolider les moteurs de croissance. Nous projetons sur ce budget une croissance d’environ 6,9% avec un budget qui a augmenté de 8% expliquée par l’intégration de la parafiscalité dans le budget. Parce que jusqu’à présent, les sources parafiscales n’étaient pas connues du parlement. Je pense que le Président de la République a voulu que le pays fasse un effort important en matière de transparence et de réédition des comptes et pour la première fois nous intégrons toutes ces parafiscales dans le budget. Ce qui porte le budget à 4071 milliards de FCfa. Le budget est projeté aussi avec un déficit de 3% et cela est extrêmement important. Cela montre que la gestion rigoureuse voulue par le Président Macky Sall va se poursuivre nonobstant le contexte qui est défavorable, parce que c’est un contexte électoral mais le Président a souhaité que les finances publiques soient mieux tenues et bien gérées. Nous restons sur les mêmes orientations.

Aujourd’hui nous payons sur autorisation du Parlement. Je crois que cela est extrêmement important. Et personne ne doit encourager ou pousser le gouvernement à payer une dépense non inscrite dans le budget. Je pense que cela est extrêmement important. Le Président de la République avait pris une mesure forte, c’est d’aider, de soutenir les enfants du pays qui après le Bac n’avaient pu accéder à l’Université faute de place. Ils ont été pris dans les écoles privées et de 2013 à nos jours c‘est pas moins de 37 milliards de FCfa qui ont été payés. Donc sur cette année nous avions des inscriptions budgétaires qui malheureusement ne permettent pas de couvrir les charges effectives, nous avons donc demandé à clarifier cette situation, ce que le ministère de l’Enseignement supérieur a accepté. En attendant nous ne pouvons payer que dans la limite des inscriptions budgétaires et c’est ce qui va être fait.»

Education

CESTI : Le SAES solde ses comptes avec la directrice

Published

on

Réunie en assemblée générale hier, la section du Centre d’études des sciences et techniques de l’Information (Cesti) du Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes), s’est réjouie, selon Libération, de l’accord trouvé avec la directrice de l’école.

Pour le Saes/Cesti, « Mme Cousson Traoré Sall est finalement allée à Canossa, malgré ses tentatives d’intimidation exercées à l’endroit du personnel d’enseignement et de recherche, des étudiants et des vacataires pour faire échec à leur débrayage ».

Continue Reading

ACTUALITES

Instabilité à l’université : une réforme s’impose, selon Sitor Ndour

Published

on

Les grèves cycliques à l’université pourraient avoir une solution selon Sitor Ndour. L’ancien Directeur du COUD estime qu’une réforme du système universitaire s’impose. « L’enseignement supérieur est mal engagé », a, en effet, soutenu Sitor Ndour sur la RFM. « On peut avoir le Bac et ne pas avoir les aptitudes pour l’enseignement supérieur », a-t-il dit. De la même manière, « il faut revoir cette politique d’octroyer des bourses à tous les bacheliers », a encore indiqué Sitor Ndour.

Continue Reading

ACTUALITES

Saourou Sène : « La décision prise contre les enseignants du lycée Haoune Sané est excessive »

Published

on

Saourou Sène, secrétaire général du SAEMS est d’avis que la sanction infligée au proviseur du lycée de Haoune Sané ainsi qu’un surveillent et un professeur est jugée excessive. Selon lui, des copies relatives au discours du Président Macky ont été traitées par des élèves sans qu’il ait des sanctions.

Saourou Sène, a fustigé le relèvement du proviseur du lycée Haoune Sané de Bignona, ainsi qu’un surveillant et un professeur. « C’est une décision excessive. C’est vrai, ils ont fauté dans un contexte particulier de campagne électorale, mais il y a eu pire que cela et aucune sanction n’a été prise », a clamé le secrétaire général du SAEMS sur la RFM. Et de poursuivre, « les copies de composition dont ont parle ont été remises à des élèves de seconde qui n’ont même pas l’âge de voter. J’aurais peut-être compris s’il s’agissait d’élèves de terminale ». Saourou Sène de rappeler, « à Diourbel, on a donné un discours de Macky Sall à traiter à des élèves, sans qu’il n’y ait sanction. On a vu des ambulances sur lesquelles étaient collées des affiches de Macky Sall. Je crois qu’il faut relativiser cette affaire ».

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque