Connect with us

ACTUALITES

Accident Amitié 1 : Quand deux thèses s’affrontent…

Published

on

Du nouveau dans l’accident tragique survenu dimanche dernier à Sicap Amitié 1. Mously Mbaye, la conductrice du véhicule, aurait piqué un malaise au volant, avant de perdre le contrôle de sa voiture pour aller percuter un arbre, informent des sources de la famille à la Rfm, reprises par Le Quotidien.

Mais, L’Observateur soulève une version différente. La famille de la victime, interrogée par le journal, évoque la thèse d’une défaillance technique. Selon l’oncle de la victime, Diaga Keindé, la défaillance technique a provoqué l’excès de vitesse qui a fait heurter à sa nièce un arbre. Il ajoute : « Mously, qui conduisait une voiture automatique, n’a jamais fait de malaise. Il s’agit d’une défaillance technique. La voiture de type Toyota Rave 4 est un modèle retiré en Europe, mais pas en Afrique. Il faut que les gens arrêtent de raconter des faussetés. Elle n’avait pas de malaise et était partie chercher de l’eau… ».

Mously, agent de la Sonatel et sa femme de ménage sont actuellement dans le coma à l’Hôpital général de Grand-Yoff (Hoggy). À rappeler qu’un des trois blessés a succombé à ses blessures après son évacuation à l’hôpital, portant ainsi le bilan à 7 morts. Les deux filles de Mously Mbaye, âgées de 7 et 8 ans, deux de ses neveux et son chauffeur ont péri dans l’accident. Une enquête est ouverte par le commissariat de Point E qui sera appuyé par la Section accident du commissariat central de Dakar.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITES

Expresso : La chute d’Omar El Béchir impacte sur la société

Published

on

La chute de l’ex dirigeant soudanais, Omar El Béchir, a entraîné des remous au sein de l’entreprise, Expresso. Des cadres de la société sont sous pression et leur PDG international, le président Rahmatalla, est en train de chercher un asile. 

Le directeur administratif et financier, proche d’Omar El Béchir, révèle-t-on, est en voyage et son poste est dirigé par intérim par un Sénégalais. Selon Iradio, qui donne l’information, le syndicat a adressé un mémorandum à la direction générale qui a tenu une réunion aujourd’hui, jeudi, 25 avril. 

A retenir, Expresso international est une société à capitaux soudanais qui a des filiales en Mauritanie, au Sénégal et dans d’autres pays africains. 

Continue Reading

ACTUALITES

Au Sénégal, la suppression du poste de premier ministre n’est pas une décision inédite ( Massogui Sylla )

Published

on

Il y’a eu deux fois dans le passé une suppression du poste du premier ministre, en 1963 et 1983 . En réalité, avec cette réforme, le Sénégal quitte un régime semi-présidentiel ( ou semi-parlementaire ) caractérisé par la responsabilité du gouvernement devant le parlement pour entrer dans un régime présidentiel d’où le président de la république est le maître direct de sa politique devant le parlement ( Assemblée nationale) et l’absence du droit de dissolution. Le régime présidentiel est caractérisé par une séparation stricte des pouvoirs entre L’exécutif et le législatif, aucun des deux ne pouvant soumettre l’autre. Dans sa vision d’accélérer les choses et de rationaliser les dépenses de l’état pour répondre aux attentes citoyennes, supprimer le niveau intermédiaire du pm , qui reste administrativement celui du relais et l’instruction . Le président Macky Sall aurait rendu un grand service au futur président de la république en redonnant la fonction du président de la république toute grandeur et sa valeur. Je félicite le président sur cette décision majeure 
Tout compte fait, quelque soit le régime adopté, le président Macky fera tout pour installer durablement le Sénégal dans une démocratie participative, dans laquelle les décisions qui engageront la nation fassent l’objet de larges concertations et explications d’où l’appel au dialogue national. 
*Massogui sylla * 
Ministère des finances et du budget. 
Responsable de politique de l’APR

Continue Reading

ACTUALITES

Insuffisance rénale : « Il faut éradiquer les bouillons alimentaires » (Dr Abdou Niang)

Published

on

6000 nouveaux cas d’insuffisance rénale apparaissent chaque année au Sénégal. Un chiffre alarmant qui pousse Dr Abdou Niang, chef de service néphrologie du Centre hospitalier national Dalal Jaam, à demander une limitation de « la quantité de sel utilisée dans la cuisine et éradiquer définitivement l’utilisation des bouillons alimentaires ». Dr Niang s’est confié à Seneweb dans un entretien à paraître. Extrait.

Continue Reading

A Chaud!

Copyright © 2019 lerufisquois.info Le Premier Site d'Information du Département de Rufisque