Select your Top Menu from wp menus
1200
1200

La gestion de l’eau à Suez, les travailleurs de la SDE effarés

Le marché de la gestion de l’eau est provisoirement attribué à l’entreprise Suez Group. Une décision qui a « surpris » plus d’un, au premier rang le Syndicat autonome des travailleurs de la Sénégalaise des eaux (Sde). Ainsi, le secrétaire général dudit syndicat a fustigé les lenteurs notées dans le processus d’attribution, depuis le dépôt de l’offre financière de leur société syndicat.
« On s’étonne que depuis le 1er juin 2018 jusqu’au 23 octobre 2018, que l’offre financière qui devrait départager les trois structures retenues (Suez, Sde et Veolia Cge) traine jusqu’à ce niveau », a signifié Elimane Diouf sur la Rfm. Arguant que les travailleurs ont compris de l’appel d’offres que « l’offre technique est bien séparée de celle financière ».
« Tout ce qu’on nous a montré jusqu’à présent dans le processus, c’était qu’à l’ouverture des offres techniques, il y a eu une mise à plat de l’ensemble des propositions des trois candidats. Il y a eu des clarifications qui ont été apportées et c’est à partir de là qu’une formule technique permettant à tous les trois candidats d’aller proposer une offre financière a été faite. Jusqu’à preuve du contraire, l’offre financière devrait départager les trois candidats », a-t-il renseigné.
« L’offre financière devrait départager les candidats »
Le syndicaliste de soutenir que ce soit Sde ou Suez, les deux concessionnaires avaient proposé une baisse du tarif. Mieux, que c’est la Sénégalaise des eaux qui a baissé plus que son concurrent. « C’est à partir des 4 ou 5 mois passés qu’il y a eu tout ce bouleversement. Aujourd’hui, si on se réfère à tous les critères que nous avons toujours entendus par rapport à cet appel d’offres, la Sde devrait passer avec son offre financière la moins exigeante », a estimé Elimane Diouf.
Par ailleurs, le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de la Sénégalaise des eaux (Sde) a indiqué que cette attribution provisoire ne sera validée qu’à la suite de tous les recours. Et même après la validation, « il y a une possibilité de faire recours au Conseil d’État et à la Cedeao ».
Également, M. Diouf s’est exprimé sur l’étonnement du personnel en termes de service public de l’eau qu’ils doivent gérer dans la mesure où ils sont dans une position d’attente très difficile. « Ce qui est gênant pour nous, c’est qu’à deux mois de la fin du contrat d’affermage, nous ne savons pas de quoi demain sera fait. Tous les signaux montrent qu’on ne sait pas comment la transition se fera. Même si on devrait repartir avec la Sde, c’est difficile parce que dans l’exploitation de tous les jours que nous faisons, toutes les commandes que l’entreprise devrait faire pour le début de l’année sont bloquées, car personne ne sait ce qui sera fait à partir du 1er janvier », a-t-il prévenu.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *