Select your Top Menu from wp menus
1200
1200
1200
1200
1200
1200

Rufisque / Le peuple de Thiawlène s’insurge contre la centrale de COLAS : « Serigne Djamil Sy, Ibn Serigne Mansour, nous a trahis » (Porte-parole)

Les propriétaires de la multinationale COLAS, centrale à bitume, ont eu la surprise de leur vie en voulant procéder ce matin à l’inauguration de leur usine sis à Thiawlène. En effet, comme si elles s’étaient passé le mot, les populations, (principalement des jeunes) ont envahi les lieux bloquant ainsi toute activité au sein de la dite centrale, obligeant les propriétaires à prendre la poudre d’escampette. Il a fallu l’intervention des GMI pour que le pire ne se produise. Pour informer l’opinion nationale et internationale sur la colère exprimée le matin par les jeunes, le collectif des défenseurs de l’environnement des quartiers Thiawlène (CDEQT), ont tenu un point de presse. En effet,la multinationale COLAS a installé une centrale à bitume à dix (10) mètres des habitations. La centrale est située entre les cimetières de Thiawlène et la station TOTAL. Selon Babacar Amdy Diouf, « un tel projet doit répondre à un examen toxicologique particulier ». D’une manière générale a-t-il ajouté, une telle centrale à bitume n’est jamais acceptée dans une zone d’habitation, car sa dangerosité est sans équivoque. « Le caractère polluant et toxique de ce type de centrale est connu de tous. Le bitume de COLAS est cancérigène, mutagène, dangereux pour la santé et l’environnement ».
COLAS, qui est un des leaders mondiaux de la construction et de l’entretien des infrastructures de transport est implanté dans plus de 50 pays sur les cinq continents. À Thiawlène, la multinationale aurait contracté avec Serigne Djamil Sy, Ibn Serigne Mansour, a qui appartiendrait le site sur lequel la centrale a été construite. Selon Maguette Wone, « la population a été abusée. Serigne Djamil Sy, nous a trahis. C’est au dernier moment qu’il est venu nous dire que le site lui appartenait. Je lui ai dit que nous le combattrons ». Pour l’heure le collectif en appelle à l’arbitrage de chef de l’État qui a inscrit le droit à un environnement sain dans la constitution. Le collectif compte cependant poursuivre le combat jusqu’à ce que « COLAS DÉGAGE. »

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *